Résidence à Sebikotane / J6-les élections


Du 18 au 28 janvier 2022, l’équipe AirGeo de Toulouse est accueillie au centre Tadjabone à Sebikotane pour la fabrication et déploiement des 250 capteurs-écorces sur la commune. C’est l’occasion de créer une synergie alliant communautés, artistes et scientifiques autour de la question de l’air qu’on respire et du sol qu’on habite avec les arbres. Frédéric Malenfer au dessin et Claire Dutrait au texte proposent un suivi, au jour le jour : rendez-vous demain aussi !


Aujourd’hui dimanche, c’est pause. Les uns sont retournés à Dakar, les autres sont allés passer le week-end sur le site du Théâtre de l’Engouement, à Toubab Diallaw, accompagnés par Ibrahima, qui y a aménagé un jardin conservatoire. Pas question de travailler aujourd’hui, ni de circuler d’ailleurs : aujourd’hui, c’est élections et les déplacements inter-régionaux sont limités au stricte nécessaire. Pays figé le temps d’une journée où le suspens est à son comble, parce qu’au Sénégal, les sondages sont interdits… “On sait que ça dérangerait trop la démocratie,” m’a affirmé hier Soleymane Ba, l’instituteur qui est aussi le trésorier du centre Tadjabone, et qui vient souvent en fin de journée prendre l’attaya et quelques nouvelles après la classe.

*

LES ELECTIONS

Dimanche 23 janvier : jour des élections municipales à Sebikotane comme partout au Sénégal. Elles jouent comme élections de mi-mandat. C’est ce qu’écrivent tous les médias internationaux comme nationaux. Le pays est fébrile : aujourd’hui se joue un vote de confiance pour le président Macky Sall, à l’heure où les pays voisins d’Afrique de l’Ouest, le Mali et le Burkina Faso ont quitté le régime présidentiel…

La journée commence dans un calme inhabituel. Pas un camion, pas un bruit de voix de non plus, et très peu de roulements de voitures. Sur la Nationale, trois quatre silhouettes, le passage d’un bus. C’est tout. De part et d’autre du ruban de la route, on peut voir l’horizon. Côté Dakar, une rue façon western, avec maisons basses, fils électriques, et échoppes fermées par des bâches. Côté Thiès : des collines qui verdoient. Jamais en semaine on ne voit si loin à Sebikotane, comme si les nuages de poussières soulevés par les camions et les voitures, comme si les fumées de particules échappées de leurs pots constituaient le climat de cette ville, comme si son moteur se trouvait sur l’axe de la Nationale…

En passant de bureaux de vote en bureau de vote, les mêmes scènes : des gendarmes à l’entrée, qui vérifient que ceux qui entrent là ont quelque chose à y faire. Pour l’occasion, Frédéric et moi avons obtenu le titre d’assistants de la radio pour suivre la campagne. Dans les écoles ou dans le centre socio-culturel, de longues files s’étirent devant chaque bureau. Dans chaque bureau, sur des tables en bois : des bulletins, des isoloirs et des urnes ; un président de bureau, des assesseurs et des mandataires, un par parti, s’assurant du bon déroulement du vote.

Dans les cours d’école : des groupes qui discutent, la visite du préfet, un attroupement, mais aussi, assis et très visibles, des influenceurs, prêts à conseiller les indécis ou à rappeler aux versatiles, par leur présence, les engagements donnés lors de la campagne.

 

En ville, dans les concessions distribuées par les traverses ensablées, dans les arrières cours des maisons des candidats, dans les familles qui ont pris part à la campagne, on prépare des bols et des bols de tiéboudien pour nourrir ceux qui assurent les conditions du vote : les présidents des bureaux de vote, les assesseurs…

A la radio Waar Wi, la radio communautaire de Sebikotane, celle qui a son studio au Centre socio-culturel, les correspondants appellent d’heure en heure pour témoigner du nombre de votants, signaler les incidents dérangeant le bon déroulement, rappelant l’heure de fermeture des bureaux, qui est fonction de l’heure d’ouverture. Le soir, au moment du dépouillement, les décomptes sont donnés, bureau après bureau, en direct sur le 104.9. En toute fin de journée, à presque minuit, la tendance est clairement dessinée, ici comme à Dakar, comme dans tout le pays, le raz-de-marée de l’opposition a eu lieu, les candidats advenus sont jeunes et peu connus. Rendez-vous en 2024 pour les présidentielles, qui promettent d’être un moment fort de la politique sénégalaise.

Et parmi les assesseurs, parmi les mandataires, parmi les candidats, parmi les animateurs de la radio… cette journée est l’occasion de retrouver des médiateurs et des comédiens de la troupe et de les rencontrer sous un autre jour encore, non moins engagés pour leur communauté.

 

 

© dessin de Frédéric Malenfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search