Résidence à Sebikotane / J8-le théâtre forum


Du 18 au 28 janvier 2022, l’équipe AirGeo de Toulouse est accueillie au centre Tadjabone à Sebikotane pour la fabrication et déploiement des 250 capteurs-écorces sur la commune. C’est l’occasion de créer une synergie alliant communautés, artistes et scientifiques autour de la question de l’air qu’on respire et du sol qu’on habite avec les arbres. Frédéric Malenfer au dessin et Claire Dutrait au texte proposent un suivi, au jour le jour : rendez-vous demain aussi !


Aujourd’hui, les prélèvements de sols et les mesures à la FluoX sont réalisés du côté de SebiGare. Laure, Sonia, Bass et Melina y sont déposés en voiture par Yann Philippe. Ils prennent ensuite le bus pour se rendre du côté de Cité-Port. Yann Philippe de son côté véhicule les médiateurs à Dougar, dans les quartiers de Peulh et Lossa, et organise avec le délégué de quartier de Yam les conditions du déploiement des capteurs pour demain. Jean-François se rend cette fois sur le parking du marché de Diamniadio, pour confier à deux nouvelles vendeuses les pompes individuelles. Loïc et l’équipe des makers du FabLab sont à pied d’oeuvre pour finaliser le QaméléO… ce qui est chose faite en fin de journée ! Moussa, du FabLab, customise les gauges d’Owen avec le logo d’AirGeo conçu par Anna, qu’il reproduit à main levée. Impressionnant. Autre aboutissement de ce jour : la pièce de théâtre forum. Dans l’après-midi, c’est la répétition-test de la pièce créée en collectif par les comédiens, sous la direction de Mamadou Diol.

*

LE THEATRE FORUM

Il y a deux mois, des membres des six troupes de théâtre de Sebikotane ont été réunis à la mairie pour une première rencontre avec Mamadou Diol, en présence de Marion et de Yann Philippe. Première rencontre visant à présenter les grands contours du projet et la fonction de la pièce dans l’ensemble du projet, à savoir se saisir de la démarche scientifique pour la faire comprendre aux habitants. “Vous voulez une pièce de médiation scientifique” avait fait confirmer Diol. C’était bien cela. Une semaine plus tard, il réunissait les volontaires au centre Tadjabone pour une première session de travail de trois jours consistant à sensibiliser les comédiens aux thématiques abordées : d’un côté les pollutions, de l’autre les arbres et leurs écorces. Lors d’une déambulation aux abords des usines, entre Kip-Kip et Dougar – la même que Diol avait faite avec Yann Philippe, Ibrahima et Moustapha – chacun était tenu de laisser venir les histoires à lui, et de revenir avec au moins une écorce. Les nguers, les tamariniers, les baobabs et d’autres encore m’avaient été indiqués dans la marche comme plantes médicinales ou mystiques, de la même façon d’Ibrahima me l’avait rapporté lors de notre déambulation cet automne.  Au retour, les récits fusent, sur les accident du travail, les horaires impossibles, sur les effets des pollutions aux abords des usines, sur les arbres, les récoltes et les corps. Nombre de comédiens ont déjà travaillé dans les usines de Sebikotane, à Fabrimetal, à la Someta et à Gravita. Chacun est revenu avec une écorce.

Les premières improvisations ont mêlé des évocations de pratiques de soin qu’elles permettent avec l’expérience de maladies provoquées par les fumées. Cette session s’est terminée par une  rencontre avec Mélina, Yann Philippe, Mayoro et moi. Nous avions chacun expliquer le rôle du capteur de notre point de vue, géophysique, anthropologique ou écopoétique. Parler ou non des pollutions, parler ou non des usages multiples des écorces ici, parler ou non des mesures de susceptibilité magnétique, parler depuis les sciences occidentales, parler ou non de la lutte qui a été menée ici contre les usines… telles étaient alors les partitions qui traversaient les échanges – sans compter la confiance à accorder au capteur qui n’existait pas encore !

Cette semaine a repris par une phase documentaire portée par Diol. Les comédiens ont aussi assisté à une réunion avec des chefs de quartier à Dougar et écouté Bachirou Gueye, le tradipraticien du parc de Hann que je tenais à lui faire rencontrer. Ces rencontres ont nourri les improvisations, qui ont fait remonter en partie celles de la dernière fois. A partir de lundi, des personnages sont apparus, des bribes de scénarios, des scènes possibles, dans une succession de regroupements variés : à deux, à trois, en demi-groupes, en grand groupe, en cercles. Parmi ces personnages : les habitants, les paysans, les ouvriers, les délégués de quartier, les scientifiques. Ce sont des collectifs qui émergent et les voix sont portées à plusieurs à la fois. A partir de mardi, les registres du comique et du pathétique sont travaillés. Les corps s’engagent, les gestes s’amplifient. Par tours d’improvisations successifs, alternant avec des ressaisies en petits groupes, un scénario émerge.

L’un des comédiens, Ousmeynou Gueye Fall, est chargé de reprendre le scénario à l’oral et de le raconter pour tous. Il est commenté, complété, ajusté. Pour le lendemain, mercredi, il le restitue en enregistrement vocal, accompagné d’un air de flûte. Les grandes lignes du scénario sont fixées. Il est découpé en scènes. Histoire des vergers à Sebikotane, arrivée des usines, conversion des paysans aux usines, fumées et toux, conflit sur la valeur du travail, pacification par le chef de village, arrivée du scientifique et de son capteur, crédulité du chef de village, naïveté du chercheur, sagesse de l’imam, ouverture à la discussion. Les scènes s’épaississent par endroits, s’affinent par ailleurs.

L’application WhatsApp s’est avéré un outil de travail indispensable : elle a permis la fixation des scènes, leur premier montage et les échanges de création, ainsi que l’émergence du rôle du jocker, faisant figure de narrateur tout autant que maître des débats à la suite de la pièce. La journée de jeudi est consacrée à la confection des costumes et des accessoires. Il s’agit de faire reconnaitre au premier coup d’oeil :  des vendeuses de mandarines (avec leur bassine sur la tête), un cultivateur de verger (avec son chapeau de paille), des ouvriers (avec leur gilet jaune), un chef de village (avec son habit traditionnel), un scientifique (avec sa blouse blanche et son sac à dos) et un imam.

A partir de vendredi, le jeu d’acteurs est travaillé pour donner aux scènes une portée symbolique tout autant que locale et circonstancielle au projet AirGeo : verger contre usines ; tradition contre modernité ; gravité de la situation et comique de la vie ; valeurs économiques et valeurs religieuses ; connaissances scientifiques et savoir-vivre à la sénégalaise ; par où passent la nature et la culture dans un capteur tel que le propose un capteur-écorce : les enjeux de la pièce deviennent de plus en plus clairs. Il s’agit de faire rire de ce qui touche au plus sérieux… pour ouvrir à la discussion. La troupe répète et affine ses effets, dans une bonne humeur renouvelée depuis le premier jour. Diol, comme un cuisinier, laisse venir les scènes, fait mijoter les dialogues, les relève avec des épices du comique et du pathétique, verse la sauce du sens, laisse s’exprimer le piment des acteurs et des actrices, mêle les arômes de leur jeu… lorsque tout le monde sera autour du bol, parions que chaque spectateur, que nous soyons de Sebi, de Dakar ou de Toulouse, se sentira concerné par la pièce qui nous sera servie.

Au théâtre tous les coups sont permis, pour mieux rire, mieux pleurer pourvu que ce soit dans la complicité, et pourvu que la pièce fasse parler de ce qui importe à chacun : comment bien vivre ici ?

Représentations :

au CENTRE TADJABONE : mardi 25 janvier à 14h

à SEBI-FASS : jeudi 27 janvier à 17h

à DOUGAR : vendredi 28 janvier à 17h

à KIP-KIP : samedi 26 janvier à 17h

en partenariat avec Kër Thiossane.

 

© Dessins de Frédéric Malenfer
© Photos Marion Louisgrand-Sylla


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gueye fall dit :

    Bien fait

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search