Résidence à Sebikotane / J7-la pompe individuelle


Du 18 au 28 janvier 2022, l’équipe AirGeo de Toulouse est accueillie au centre Tadjabone à Sebikotane pour la fabrication et déploiement des 250 capteurs-écorces sur la commune. C’est l’occasion de créer une synergie alliant communautés, artistes et scientifiques autour de la question de l’air qu’on respire et du sol qu’on habite avec les arbres. Frédéric Malenfer au dessin et Claire Dutrait au texte proposent un suivi, au jour le jour : rendez-vous demain aussi !


Au petit-déjeuner, les commentaires sur les élections vont bon train, entre les bouchées de sandwichs préparés par Woulimata.  Médiateurs, bénévoles du centre Tadjabone et comédiens de la troupe témoignent de leur surprise devant le raz-de-marée – puis les affaires reprennent. Les prélèvements de sols avec BassSonia, Mélina et Laure  du côté de Dougar, derrière le péage. Nous les croisons Frédéric et moi, à Niarypotto : je refais avec Frédéric la déambulation que nous avions faite avec Ibrahima, Bass et Yann Philippe en octobre dernier, à la recherche des arbres remarquables, Guy Sipi, bien sûr, le baobab mythique de Sebikotane, mais d’autres aussi que la construction des maisons prend encore soin d’éviter. Nous rencontrons en chemin Soleymane, qui revient d’une livraison de capteurs, et Jean-François, qui prend des mesures sur avec l’une des pompes individuelles. Le déploiement des capteurs est quasi terminé à Sebikotane. Ils ne le savent pas, mais les médiateurs sont attendus à Dougar par les délégués de quartier. alors qu’ils attendent au centre Tadjabone de rencontrer des médiateurs de Dougar. Il y a eu malentendu à la fin de la réunion samedi ! Yann Philippe et Mayoro clarifient la situation à leur retour : rendez-vous est pris pour le lendemain. L’équipe du FabLab est de retour aussi, dans l’après-midi : les makers se répartissent entre la finalisation du QaméléO avec Loïc, et le nettoyage des bidons qui deviendront les gauges d’Owen. Ces bidons servent d’ordinaire à l’acheminement de l’eau par charrette depuis les bornes-fontaines, dans les quartiers où les canalisations ne sont pas installées. Marion, Mélina et Yann Philippe prennent un temps pour ajuster le budget… et le soir, Jean-François retourne à Dougar, derrière le péage, pour récupérer la pompe individuelle confiée le matin-même à de nouvelles vendeuses. Entre temps, je lui ai demandé de présenter cet instrument de mesure. Synthèse.

*

LA POMPE DE MESURE DE L’EXPOSITION INDIVIDUELLE AUX PARTICULES

Jean-François Léon, toute la semaine, a instrumenté deux à quatre femmes avec des pompes portatives à accrocher le plus proche possible des voies respiratoires. Lors de la présentation de ces instruments au groupement de femmes du centre Tadjabone, elles ont choisi de loger la pompe en sac-à-main. Car c’est l’accessoire dont ne se sépare jamais la dame sénégalaise, nous ont-elles dit.

L’instrument se présente en trois parties visibles : le boîtier, un tuyau transparent et un préleveur muni d’une petite pince comme un micro-cravate. La pompe logée dans le boitier produit un bourdonnement lorsqu’il fonctionne, mais chacune des femmes, choisie sur le critère du travail en bord de route, a affirmé ne pas en avoir été dérangée. La pompe aspire de l’air, qui se met à tourner dans le boitier, ce qui produit un mouvement cinétique qui attire les particules les plus grosses vers le haut du cône, dans un piège, et les plus fines vers le filtre. Les premières sont rouges, car elles se composent ici de latérite, qui colore l’ensemble des paysages autour de Dakar. Les secondes sont grises, car issues de la combustion des voitures et des usines. Le débit de la pompe est ce qui peut faire varier le taux d’accumulation de ces particules ultra-fines. Il tente de de se rapprocher des 10 litres d’air insufflés par minute par un humain adulte.

Cette pompe d’exposition individuelle a été conçue pour répondre à la question scientifique de savoir quelles particules pénètrent les voies respiratoires. L’instrument se place donc au plus proche de la bouche et du nez. Il filtre les particules les plus fines (PM 2.5). Il est conçu pour être léger, portable, petit, discret et pour durer le temps de l’activité d’une journée. Un questionnaire rapide accompagne le protocole pour identifier les sources potentielles d’exposition aux particules, l’idéal étant, pour l’interprétation des résultats, que la source soit unique et que la journée d’exposition soit la plus représentative possible du quotidien de la personne portant la pompe. De même, Jean-François Léon cherche à recueillir des échantillons les plus homogènes possibles. Pour la campagne AirGeo, il a ainsi ciblé une population active de femmes travaillant sur des marchés, soit en bord de nationale, soit aux abords des usines.

L’identification de ces femmes et leur sollicitation ont été rendues possibles par les relations établies par Yann Philippe Tastevin dans les quartiers de Sebikotane et Dougar, lui-même ayant sollicité des chefs de quartier et des Badiene Gokh rencontrées dans le cadre du projet AirGeo. Jean-François, tous les matins et tous les soirs, a ainsi rencontré 2 à 4 vendeuses, d’abord au centre Tadjabone en présence de Mélina, Laure et Sonia, puis sur leur lieu de vente, en présence de médiateurs du projet AirGeo, qui souvent été Bass, Demba et Junior. Il a expliqué à ces femmes le fonctionnement des pompes et le projet d’ensemble, leur a confié les pompes puis les a récupérées le soir. En rentrant au centre Tadjabone, il a remis les filtres, souvent tout gris, dans leur boite, et les a emballés en rouleaux dans du papier d’aluminium.

Une fois rentré à l’Observatoire Midi-Pyrénées, à Toulouse, il s’agira d’observer ces particules au microscope : on y voit les suies, sous forme de chainettes composées de petites billes de carbone sur lesquelles s’agglomèrent des composés toxiques, des composés organiques, des métaux, des HAP, tous connus pour leurs effets toxiques.

Pour connaitre la concentration de ces différents composés toxiques – ce qui est indispensable puisque « la dose fait le poison » rappelle Jean-François – les filtres chargés de suie subissent des analyses chimiques. Ils sont découpés en morceaux et passés dans des analyseurs du laboratoire d’aérologie (LAERO) : soit le chromatographe, soit le spectromètre, soit l’analyseur thermo-optique. Le problème auquel s’expose tout chercheur dans cette situation est de cibler ce qu’il recherche de façon efficace, car les filtres sont petits et les analyses destructrices.

Le rôle du chercheur est alors de caractériser les suies (forme, composition) et de les mettre en relation avec les sources potentielles recueillies sur le terrain par questionnaire : trafic routier, fumées d’usines, feux de poubelles, … Ce type d’article peut être à destination de toxicologues et d’épidémiologistes, qui mettront en relation ces résultats avec les leurs, pour rechercher des marqueurs d’inflammation des cellules chez une population donnée.

A l’issue de la résidence au centre Tadjabone, ces pompes de mesure des particules seront exposées à l’hôpital des enfants pendant 6 mois, sur la même période que l’exposition des capteurs-écorces déployés dans le cadre du projet AirGeo. Voilà de quoi corréler les résultats les uns avec les autres !

 

 

© Dessins de Frédéric Malenfer


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Demba dit :

    Très intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search