Résidence à Sebikotane / J9-Faire lien avec la palabre

 


Du 18 au 28 janvier 2022, l’équipe AirGeo de Toulouse est accueillie au centre Tadjabone à Sebikotane pour la fabrication et déploiement des 250 capteurs-écorces sur la commune. C’est l’occasion de créer une synergie alliant communautés, artistes et scientifiques autour de la question de l’air qu’on respire et du sol qu’on habite avec les arbres. Frédéric Malenfer au dessin et Claire Dutrait au texte – avec Marc Gaye et Mayoro Gueye pour cet article qui revient sur le rôle de la palabre, avec de la palabre…


Ce mercredi matin, c’est Ousmane, l’un des médiateurs, qui accompagne Sonia et Laure pour les prélèvements, du côté de Sebigare. Bass, lui, est avec Jean-François à Garage, sur la parking du marché de Diamniadio, pour confier des pompes individuelles à trois vendeuses du marché. La première du théâtre forum, qui devait avoir lieu à Kip-Kip est annulée : un décès est survenu dans le quartier… les chaises réservées auprès du délégué de quartier, la sono, la rallonge, la négociation pour brancher la rallonge chez la badiena gokh, les clandos réservés, tout cela est reporté au lendemain à Sebi Gare. C’est Keba Fall, l’un des comédiens, qui a pris en charge la logistique du spectacle, en lien avec Soleymane et Yann Philippe. Le déploiement des capteurs se poursuit dans les quartiers de Dougar, à Yam et Aïtia. Les habitants, moins prévenus que leurs voisins de Sebikotane, sont parfois réticents à accueillir chez eux le capteur. Ils demandent  davantage de palabres. C’est au tour des gauges d’Owen d’être installées en hauteur, sur les poteaux électriques : Sonia, Loïc et Jean-François s’y attellent, avec Junior et Ousmane. Yann Philippe dépose les uns, transporte les autres… il tient aussi à ce que Frédéric se saisisse des paysages emblématiques de la Sebikotane d’aujourd’hui, la Nationale, l’Autoroute à péage, la colline aux baobabs sacrés, la maison abandonnée… il l’y emmène le long des pistes. L’après-midi, c’est le retour des ateliers : Frédéric à la peinture, Loïc, Sonia et Mélina aux ateliers magnétisme, Youssouf à un atelier robotique, Mbengue à l’imprimante 3D, Oumar, du FabLab, lui aussi, à un atelier sérigraphie… l’atelier robotique s’emballe à ce point que les lycéens qui s’y sont impliqués décident de revenir demain pour terminer le Jerry commencé, cet ordinateur démonté et remonté soi-même pour loger dans un bidon. Le centre redevient la ruche où chacun fabrique avec les autres des objets et des liens. Pendant ce temps, avec Marc Gueye et Mayoro, je m’interroge sur la rôle des cercles et de la palabre…

*

FAIRE LIEN AVEC LA PALABRE

Pour inscrire le projet sur le territoire de Sebikotane et de Dougar, de nombreuses rencontres ont été nécessaires, qui ont donné lieu à des échanges, des explicitations, des accords et des mises en relation, ce qui a permis le déploiement des capteurs jusqu’au cœur des concessions. Yann Philippe et Mayoro, par leur présence au long cours ici, ont tissé des liens avec la Mairie de Sebikotane, avec les chefs de quartiers de Sebikotane et de Dougar, avec les bajenu gox aussi. Depuis le début de la résidence, ces rencontres se font le plus souvent à l’extérieur, sous un arbre, comme en témoignent les dessins sur le vif de Frédéric Malenfer. Cercles avec les chefs de quartier, cercles avec les bajenu gox : ces formes de rencontres sont des occasions de relayer la parole bien plus loin dans la circonférence tracée par les chaises sous l’ombre de l’arbre. Avec Mélina de la résidence, nous nous étonnons de ces dispositifs de parole, envions une telle densité d’oralité, une telle représentativité aussi. Nous nous demandons à quoi nous avons affaire ici dans la fabrication des collectifs, et sentons que nous sommes bien loin de l’adage, classique en France : “les paroles volent, les écrits restent”.

Autres cercles quotidiens efficaces aux échanges, tous les midis, autour des plats préparés par Awa, ceux des convives. Parmi eux, l’un des habitués du centre Tadjabone, Marc Gaye, est étudiant en philosophie politique. Il a finalisé son mémoire Repenser la politique africaine, à l’Institut Saint Joseph Mukasa au Cameroun en 2019. Il reprend pour nous la notion principale qu’il avait travaillée dans son mémoire « la démocratie à palabres », pour nous donner à comprendre les formes de rencontres que nous avons vécues lors de la résidence.

Esquisse d’une présentation de la Palabre

Comme on le sait déjà, nous explique Marc Gaye, la palabre, qui peut être un mot masculin ou féminin, tire son origine du mot espagnol palabra qui signifie parole. Il désigne au Sénégal, et plus largement en Afrique de l’Ouest, le processus d’échanges verbaux par lequel une discussion vive ou un différend s’apaise et arrête la violence qui les présidait d’abord. Marc Gaye se réfère alors à l’ouvrage de Jean-Godefroy Bidima1. Dans la palabre, selon cette optique, on exorcise le dissensus pour promouvoir l’unité, qui, rappelons-le, est au cœur de la devise nationale : « Un Peuple – Un But – Une Foi ».

La palabre prend le plus souvent place sous un arbre, qu’on appelle alors « arbre à palabres » (peenc, en wolof). Comme s’y déroulent de nombreuses activités fondamentales pour la vie du village, il acquiert le statut d’institution incontournable. Lorsqu’on l’idéalise, l’arbre à palabres fait figure d’institution ancestrale illustrant la philosophie communale africaine, basée sur la démocratie et le consensus entre l’ensemble des membres de la collectivité.

Concrètement, il s’agit de prévenir des conflits, de réconcilier des individus à la suite de heurts et de maintenir la coexistence pacifique entre les différents groupes auxquels ils appartiennent. Du fait du statut sacré, toujours selon Joseph Bidima, attribué à cette place, les accords et les décisions qui y sont pris, à la suite de longues négociations et d’intenses médiations entres les parties sont rarement contestés. Souvent, le but de ces palabres est d’organiser la communauté, et renforcer la cohésion familiale et sociale. Par exemple, l’organisation et la planification d’événements tels que mariages, baptêmes, et funérailles sont initiées et finalisées sous l’arbre à palabres, ainsi que l’animation d’autres évènements communautaires : les mobilisations politiques, la réception des membres du gouvernement,… Ces activités organisées sous l’arbre à palabres concernent généralement toute la population d’un village ou d’un quartier. Souvent à Sebikotane les quartiers sont d’anciens noyaux villageois.

Ainsi, la palabre joue un rôle important car elle permet aux décideurs d’être en contact direct avec la population, ce qui explique son importance dans la politique locale. Les propos de Marc Gaye éclairent les situations que nous avons vécues jusqu’ici : les paroles prononcées dans les cercles avec les délégués de quartier ou les bajenu gox sont d’une densité rare. Le langage n’est pas seulement un moyen de communication, dans ces cercles, il est un liant qui engage. Au moment où il se profère, les uns et les autres savent ce qui va se dire, car le cercle à palabres est en fait un aboutissement d’un processus d’échanges entre soi et soi, entre soi et les habitants de la communauté. Il est un moment où se scelle une relation. Ce pourquoi certainement il s’ouvre et se ferme souvent par une prière (la fatiha, la sourate d’ouverture du Coran) : mains jointes ouvertes vers le haut, têtes baissées, toute main et tout front orientés vers le centre du cercle.

Personne n’oblige à ces prises de relai. Mais il serait difficile de mener une action dans un quartier sans l’aval des délégués de quartier, il serait difficile aussi d’entrer dans une maison pour des questions de santé sans les conseils des bajenu gox. Grâce à eux, les accès aux quartiers deviennent faciles et les portes des concessions s’ouvrent. Au moment où nous avions présenté le projet à la mairie, ce sont ces voies-là que Mame Issa Pouye, le Secrétaire de Mairie de Sebikotane, nous a conseillées d’emprunter. Lui-même avait organisé, à la demande du Maire, une rencontre entre délégués de quartier et les membres du projet AirGeo pour en faciliter la réalisation.

Le repas se termine – du tiéboudien, avec des poissons que Yann Philippe et Awa sont allés chercher à Kayar au moment où les pirogues les débarquaient sur la plage. Mais moi, je continue de me demander comment fonctionne ce maillon de la vie communautaire, d’où viennent ces institutions, comment elles s’articulent à la vie des habitants, et aux administrations… Marc complète la réflexion de son mémoire de Master par quelques recherches, je sollicite aussi Mayoro comme connaisseur des rouages politiques au Sénégal. De mon côté, je fais quelques recherches aussi dans les bibliographies universitaires françaises, mais les articles datent de plus de vingt ans2, comme si ces fonctions locales et s’appuyant sur le pouvoir de la palabre ne passaient pas dans les rouages de l’écrit et de l’académisme. Penser la palabre avec la palabre, voici ce que nous nous apprêtons à faire… je me souviens des conseils de Donna Haraway, dans Vivre avec le trouble3, qui enjoint de penser avec des outils de pensée adaptés à ce qu’on pense.

Rendez-vous est pris pour un conciliabule de l’après-midi pour clarifier à mes yeux le rôle de ces relais communautaires. Nous nous sommes retrouvés tous les trois sous l’auvent du centre Tadjabone. Je lis à voix haute les notes de Marc, nous les soupesons, nous les complétons, les reformulons. Voici ce à quoi nous arrivons.

A propos des délégués de quartier ou chefs de village

La dénomination “chef de village” ou “délégué de quartier” dépend de la partition administrative du territoire concerné, selon qu’il est rural ou urbain. A partir des Indépendances le délégué de quartier n’a plus été nommé : le doyen d’âge du quartier devenait de facto le délégué de quartier. Dans les villages cependant, le chef de village était une fonction qui pouvait être héréditaire (de père en fils) ou désignée par consensus.

Le président Abdoulaye Wade a revalorisé le rôle de ces chefs communautaires tout en en précisant les contours de leur fonction et en fixant leurs indemnités. Le titre administratif « délégué de quartier » a ainsi remplacé celle de « chef des quartier », mais dans les usages, les deux dénominations restent. Le poste est devenu un mandat électif en zone urbaine dense. Dans les quartiers plus petits et dans les villages, encore aujourd’hui, les chefs communautaires sont désignés par la population puis avalisés par les magistrats de la commune. Je crois pouvoir corréler à la taille du territoire le mode de désignation du délégué de quartier, mais les choses sont plus souples que cela, comme nous l’explique plus tard Malik Ba, le président des délégués de quartier de Sebikotane :

Ce rire de Malik Ba lorsqu’il raconte les élections ! Elle apparaissent comme un échec du consensus, un échec de la palabre… Je saisis aussi que les modes de désignation des délégués de quartier ne sont pas fixés a priori, mais appartiennent à nuancier entre le “ce qu’on peut”, le “ce qu’on doit”, et le “ce qu’il est préférable de faire”. Et c’est bien le panel de ces possibilités qui garantit à la fois sa représentativité et le bon fonctionnement des institutions. Dans ce jeu de désignations, cooptations, nominations, il arrive aussi que des femmes deviennent déléguées de quartier. Le phénomène reste rare – et surprenant, comme en témoigne la une des journaux lorsque cela arrive (voir ici ou ) – mais rien ne l’empêche. Du coté de Dougar, une femme a ainsi été désignée à la Cité des fonctionnaires.

Au sein de la vie sociale, les chefs de village et de quartier jouent une belle partition dans la mesure où leur rôle consiste en l’apaisement du climat social. Son rôle le plus fort est certainement de se constituer de véritables auxiliaires de justice : ils règlent en première instance, autant que possible à l’amiable, les conflits de proximité et autres différends de voisinage de tous ordres. Il a aussi un rôle dans l’accueil des nouveaux habitants, puisque c’est lui qui leur délivre le certificat de domicile. La délivrance de ce document est souvent l’occasion de palabres permettant aux nouveaux venus d’être présentés aux plus anciens du quartier. C’est aussi par lui qu’il faut passer pour faire certifier un mariage religieux et, ce faisant, le rendre civil. Il a aussi en charge le recensement de la population et la perception des impôts.

Le délégué de quartier et le chef de village constituent ainsi l’autorité le plus proche des populations. Engagé et respecté, “il est en quelque sorte, le père de tout un quartier”, affirme Mayoro. Marc approuve. Il constitue un maillon indispensable entre la population et les autorités administratives, municipales et judiciaires. Historiquement, lors de la période coloniale, le délégué de quartier faisait même office de mini-tribunal du quartier. Lorsqu’un différend éclatait entre voisins, le délégué essayait de trouver une solution à l’amiable pour que l’affaire ne se prolonge pas à la police ou à la gendarmerie. Même quand la gendarmerie recevait des plaintes pour une affaire opposant deux habitants d’un même quartier, elle suggérait d’abord aux protagonistes de se rapprocher du délégué pour une conciliation.

L’autorité de ces chefs communautaires s’articule avec celle du Maire, du conseil municipal et du conseil de quartier. Leur rôle est alors d’écouter et de conseiller. Le conseil de quartier constitue en quelque sorte le lieu d’articulation de l’autorité du chef communautaire avec les autres instances municipales du rôle du chef de quartier : composé de représentants d’association, de membres du conseil municipal, de personnes ressources, ce conseil de quartier travaille au développement du quartier de manière très fédératrice.

Car telles sont les quatre clés de la vie communautaire, selon l’un d’entre eux, le sage Malik Ba. Quatre clés qui tiennent en quatre C : la communication, la compréhension, la confiance et la complicité.

J’en tiens pour preuve cette rencontre à Dougar : avec Demba et Ousmane, des médiateurs du projet, nous sommes entrés dans une concession pour y proposer un capteur. Nous étions aussi accompagnés d’un mandataire du chef de village. Mais le résident n’avait pas eu l’occasion d’en parler lui-même avec lui. La confiance et la complicité n’y étaient pas, le capteur ne s’est pas posé là. Car telles sont les quatre clés de la vie communautaire, selon l’un d’entre eux, le sage Malik Ba. Quatre clés qui tiennent en quatre C : la communication, la compréhension, la confiance et la complicité. En voilà un crible pour tester la valeur de la parole proférée en public… j’aurais très envie alors de comparer nos hommes politiques à ces acteurs de la vie communautaires, mais, sous l’auvent, le soleil se met à décliner vers Dakar et les rayons du soleil s’approchent de nous. Nous poursuivons.

A propos des bajenu gox

Le x est cette gutturale qu’on articule tout au fond du palais, comme pour indiquer que les bajenu gox sont celles qui entrent au cœur des maisons.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s’agirait, pour commencer, que j’arrive à prononcer le nom de ces femmes essentielles à la vie des familles sénégalaises. Mayoro s’y attèle. Badiênou gokh est une graphie qui se rapprocherait de ce qu’on prononce, badiène gox, qu’on trouve couramment, mêle les graphèmes français et wolof mais ne laisse pas entendre que badiène est un mot à trois syllabes, bajenu gox constitue la graphie habituelle en wolof. Le x est cette gutturale qu’on articule tout au fond du palais, comme pour indiquer que les bajenu gox sont celles qui entrent au cœur des maisons.

Je fais l’hypothèse que la multiplicité des graphies de cette fonction communautaire dit combien sa caractérisation a été peu fixée à l’écrit pour le moment : on trouve cette dénomination dans les programmes de santé au Sénégal, tant leur relai est indispensable, et dans un article récent4, nous indique Mélina au passage.

Mayoro m’avait expliqué déjà que bajenu désigne, dans le vocabulaire de la parenté, la tante paternelle, qui joue le rôle marraine – c’est celle qui a l’autorité la plus forte auprès de l’enfant après celle du père. Gox désigne le quartier, et encore plus justement la zone, ajoute Marc. Mayoro approuve. Je m’étonne d’abord de l’imprécision des contours du territoire d’exercice des bajenu gox. Je fais l’hypothèse que cette imprécision signifie peut-être que l’étendue de leur action de marraine ne s’arrête pas nécessairement aux frontières administratives. Nous poursuivons sur la caractérisation de leur rôle.

C’est une fois encore sous le mandat d’Abdoulaye Wade (2000-2012) que la fonction historique des bajenu gox a été reconnue et officialisée.  Elles postulent à cette fonction auprès du délégué de quartier ou du chef de village, qui décide de leur désignation selon des critères précis. Outre les critères explicites posés par le programme bajenu gox lancé en 2010 [], il est attendu d’elles qu’elles sachent garder le secret sur ce qu’elles apprennent dans les familles, qu’elles soient de bonne moralité, et qu’elles bénéficient de la confiance des populations.

Car si les bajenu gox ont un rôle spécifique d’encadrement et de soutien des femmes qui ont l’âge de donner naissance, leur inscription dans les familles les engage à participer à leur intimité. Leur fonction première est de permettre aux membres de la communauté de développer des aptitudes individuelles en faveur de la santé du couple mère-enfant, de l’enfance à l’adolescence. Elles s’inscrivent dans un cadre global, continu et intégré des expériences communautaires de lutte contre la mortalité maternelle et néonatale à travers le soutien aux activités de communication et de mobilisation des ressources de la communauté. Elles engagent par exemple à augmenter le nombre de consultations pré et postnatales, à planifier les naissances au sein du couple, à faire les tests de VIH pendant la grossesse et à accompagner les futures mères pour organiser leur accouchement dans des conditions médicales. Dans ce rôle-là, les bajenu gox constituent un relai entre les femmes et les dispensaires de santé. C’est auprès d’elles aussi que se tournent les couples lorsqu’ils sont en prise avec des questions de fertilité ou de sexualité.

Lors du déploiement du projet AirGeo pendant la résidence au centre Tadjabone, qui correspond aussi à une période électorale, municipale certes, mais à portée nationale, la puissance de cette figure relationnelle qu’est la bajenu gox se révèle de manière plus policiticienne : elles font campagne pour, leurs actions et leurs appuis sont orientés prennent sens aussi au regard du jeu politique local.

Maillons entre le public et l’intime, elles savent se constituer comme témoins de la situation sanitaire des communautés. C’est pour cette raison que nous avons fait appel à elles, dans le projet AirGeo, pour le déploiement des capteurs à l’intérieur des concessions. Lors des débats suscités à l’issue des représentations du théâtre forum, ce sont ainsi des bajenu gox qui ont pris la parole pour rappeler l’effet des particules sur les corps des habitants : problèmes pulmonaires chez les enfants notamment, et le nombre des fausses couches. C’était à Dougar, sous le vent des usines. Ce pourrait être aussi sous les fumées des feux de poubelles domestiques, ce pourrait être aussi sous celles des réchauds au charbon pour cuisiner, oui – mais au moment où les sources seront identifiées, au moment où nous chercherons comment éviter ces effets délétères et nocifs, ce sont les bajenu gox qui sauront articuler les connaissances scientifiques et les pratiques familiales, de la même façon qu’elles ont su conseiller sur le choix des concessions sensibles aux questions que les capteurs suscitent.

 

Le soleil s’est couché sur Sebikotane, là-bas vers Dakar. Tous ces mots alignés sur la page pour tenter de saisir ce qui scelle les liens entre les habitants ici… et si c’était l’heure d’un attaya ? – à boire en trois fois, à deux, à trois, à plus de trois, ce thé à verser de verre en verre jusqu’à ce que la mousse de sucre floute toute paroi entre les paroles à soi et celles des amis qui boivent aussi.

 

 

  1. Jean-Godefroy Bidima,  Esquisses philosophiques sur les devenirs africains, Diogène, n°184,1998. []
  2. Sérigne Mansour Tall, « La Décentralisation et le Destin des Délégués de Quartier à Dakar (Sénégal) », Bulletin de l’APAD [En ligne], 15 | 1998, mis en ligne le 20 décembre 2006, consulté le 31 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/apad/567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apad.567 []
  3. Haraway, D. J. 2020 Vivre avec le trouble, Vaulx-en-Velin : Les Éditions des Mondes à faire. []
  4. Diop, A. R. & et al. 2021 « La Bajenu Gox actrice de mobilisation sociale et de transformation des normes sociales d’inégalités de genre pour une utilisation des services de santé maternelle, infantile et des adolescent-es au Sénégal », African Journal of Reproductive Health June 25.3s. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.