Sur le terrain / réunion à la Mairie

© SmoScareface


Le 9 décembre 2021, le Secrétaire général de la Mairie de Sebikotane, Mame Issa Pouye, convoquait, au nom du Maire, les délégués de quartiers de Sebikotane pour que l’équipe AirGeo leur présente le projet de co-construction de la connaissance sur les contaminations atmosphériques à Sebikotane. Douze délégués sur dix-huit répondaient à l’appel. Malick Ba, le président du collectif délégués de quartiers, revient sur ce moment décisif et solennel du lancement du projet.


La rencontre s’est faite à la Mairie de Sebikotane, partenaire du projet, dans la salle du conseil municipal.

Au vu de l’importance du projet AirGeo, les délégués de quartier sont venus sur convocation du Maire, par l’intermédiaire du Secrétaire de Mairie, Mame Issa Pouye. Malick Ba revient sur l’importance de la réunion pour l’avancée du projet AirGeo :

[C’est-à-dire, comment nous avons été conviés ou convoqués ? – parce qu’il y a deux termes : d’ordinaire quand on parle de convocation on dit qu’aller répondre est une obligation. Quand on est convié, c’est suivant vos disponibilités. Là, nous étions convoqués, parce que c’était l’affaire du Maire et de la Mairie. Et nous, comme, nous représentons le Maire dans les quartiers, nous étions convoqués. Il faut savoir que, quand il y a un projet de cette envergure, le Maire nous y associe. Et dans cette association, il nous convoque, et quand il nous convoque nous devons aller répondre à cette convocation.

Mame Issa [Pouye]1 m’a appelé en tant que Président du collectif des délégués de quartier, pour me dire : Président, il y a un projet intitulé AirGeo qui nous a été présenté à plusieurs moments.  Après-demain sera un moment très décisif pour la présentation de ce projet, et nous souhaiterions que vous soyez le plus grand nombre possible à venir, vues l’importance et l’envergure de ce projet. Alors j’ai donné l’instruction au Secrétaire Général pour que tout le monde se retrouve à la Mairie sur convocation du Maire pour le mercredi.

Voilà ce qui a été fait. Et dans les coulisses tout le monde avait la même compréhension, parce que d’ordinaire, quand on présente des choses, ce sont des choses importantes. On nous a jamais présenté des choses… ceci-cela. Car nous, nous ne sommes pas politiques. Notre seule politique c’est le développement de notre territoire. Nous ne sommes d’aucune couleur de parti. Donc à chaque fois qu’on nous appelle pour réfléchir sur quelque chose qui peut booster le développement  de notre quartier, nous répondons, et souvent, nous ne mâchons pas nos mots : nous disons exactement ce que nous comprenons.]

Les écorces d’arbres comme capteurs ont évidemment d’abord surpris, et ont généré des compréhensions multiples au sein du collectif des délégués des quartiers :

[Vous savez ? Quand vous parliez de capteurs et d’écorces d’arbres – parce qu’enfin ce jour-là vous n’aviez pas parlé d’eucalyptus, mais d’écorce d’arbres – certains ont pensé au grand baobab qui est à l’entrée de Sebikotane, et qui fait partie en tout cas des anciennes générations de Sebikotane. D’autres pensaient à d’autres écorces encore… Bon, mais des écorces d’arbres capteurs, c’était du nouveau, pour nous profanes. Et déjà c’était curieux de savoir comment une écorce d’arbre peut renseigner sur la qualité de l’air. Mais quand vous avez développé, tout le monde a compris. Je pense qu’au début c’était du nouveau, dans la tête de certains, comme moi, on se demandait comme c’était possible, et puis on a compris. Tout le monde n’avait pas la même compréhension, puis quand on en a parlé, et qu’on a repris, ça a passé.]

A l’issue de la réunion, Malick Ba peut affirmer que l’enjeu du projet AirGeo, “mesurer l’air que nous respirons” , a convaincu l’ensemble des délégués de quartier :

[Votre projet a été unanimement bien accueilli. Même ceux qui ne connaissaient pas, quand vous leur dites : “l’air que nous respirons, qu’est-ce qu’il y a là-dedans ?”, mais déjà ça intéresse tout le monde, ça parle de soi-même. Parce que chacun a besoin de respirer de l’air pur. Même si on ne connait pas ce que c’est que l’air, rien qu’entendre “l’air que nous respirons, si on veut voir ce qu’il y a dedans et ce qui peut nous tuer”… et bien écoutez, toute le monde adhère. Il y avait une adhésion totale pour ce projet.]

Retour en photos :

 

Les présents :

  • représentants de la Mairie : Mohamadou Moustapha Diagne (Chef de Cabinet du Maire), Mame Issa Pouye (Secrétaire Général de Mairie), Baabel Thiam (responsable de la communication )
  • délégués de quartiers : Malick Ba (président du collectif des chefs de quartier de Sebikotane), Badji Dieye, Irdy Ndour, Moustapha Diouf, Babacar Fall, Omar Cissé, Alassane Pouye, Calidou Bâ, Cheikh Ciss.
  • membres d’AirGeo : Yann Philippe Tastevin, Marion Louisgrand-Sylla, Mayoro Gueye, Alexandre Gubert-Lette, Claire Dutrait
  • associatifs du centre Tadjabone : Soleymane Baldé, Bassirou Sarr
  • membres de la troupe du Théâtre forum : Ousseynou Gueye Fall

 

Photos de SmoScareface



Citer ce billet
La rédaction (2021, 9 décembre). Sur le terrain / réunion à la Mairie. AirGeo : l'air, la terre et des écorces. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/awrw

  1. NdR : le Secrétaire Général de la Mairie de Sebikotane []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search