Workshop mine urbaine / SAISIE A CHAUD

© KaroZenphotographe


Les 7 décembre à Dakar, ingénieurs, toxicologues, médecins, enquêteurs, géophysicienne, auteure, anthropologues et étudiant·e·s se sont réunis autour de la notion de « mine urbaine » à la Faculté de Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, pour un workshop organisé par Yann Philippe Tastevin. Thomas Fouquet (anthropologue, CNRS-IRD) en a proposé une ressaisie à chaud, comme on bat le fer, comme abat le plomb.


TASS

Génie des procédés…

TASS TASS

Génie des possédés

TASS TASS TASS

Djinn des possédés

TASS, TASS TASS TASS !

En wolof, TASS est à la fois verbe d’action et onomatopée lancinante. Yann Philippe Tastevin, maître d’œuvre de cette journée d’étude, précisait dans son introduction avoir entendu ce TASS sur son terrain auprès de ferrailleurs qui démantèlent, entre mille autres choses, des voitures. Carcasse que l’on fracasse, TASS, culasse que l’on concasse, TASS ; vitesses déboîtées, batterie détachée, pot catalytique disséqué…

Mais le TASS, en wolof, ce n’est pas seulement dépiauter, ou démanteler ; c’est aussi, plus largement, le fait d’exploser, d’éclater, de faire voler en éclat. Le rythme saccadé et répétitif du TASS  – trace sonore de l’acte de frapper tout autant que son résultat – fournit ainsi au présent témoignage sa bande son. Témoignage qui ne prétend qu’à une saisie d’ambiance d’une journée ô combien riche et dense, par et pour le non-spécialiste que je suis.

Mais c’est un TASS parabolique que j’évoque ici, renvoyant à l’idée d’une métropole dakaroise au bord de l’explosion.

Voyez : le ciment qui inonde les rues et enserre la presqu’île dans une gangue minérale, en la rendant véritablement étouffante ; la saturation du trafic routier et les taux alarmants de particules fines afférents ; la pollution océanique tout au long du littoral et, plus largement, les rejets industriels tant terrestres, aériens que marins…

Bien sûr, Dakar ça n’est pas que cela. Mais c’est cela aussi : ce condensé socio-chimique qui, par le rythme du TASS, devient composition symphonique. L’orchestre est au complet : les petites mains brassent, cassent et charrient à longueur de journées, de nuits et d’années, les grands consortiums des « Suds globaux » mettent en musique les flux de matériaux et de capitaux. La capitale sénégalaise figure désormais sur la carte d’une « casse mondiale » où tout s’achète – rien, ou presque, ne se perd et tout, ou presque, se récupère. La mine urbaine est là, avec ses filières, qui toujours se font et se refont, faisant tourner les fortunes bonnes et mauvaises. Dakar, comme les autres grandes villes des Suds, est devenue un maillon dans cette chaine de re-production à l’infini. Le plomb,  de façon édifiante, est désormais davantage recyclé que produit, comme le disait Laurent Cassayre en présentant le travail de thèse de Paul Lhoste ce matin.

Génies des procédés, multiplement décrits dans la journée, oui, assurément ; mais « djinns des possédés » aussi – irréductibles – alors que la matière s’autonomise et échappe pour partie au contrôle de ses démiurges. Si bien que le plomb a aussi ses damnés.

Il y a ces femmes de Colobane, habiles recycleuses de batteries, qui écrivent à leur corps défendant une mauvaise série noire qui aurait pour titre Saturnisme à Colobane. Il y a aussi ces enfants de Ngagne Diaw, à Thiaroye, contaminés au plus jeune âge par les molécules de plomb dans les tas de sable de leurs jeux. On s’affole des taux. Ce plomb qu’ils suçotèrent en guise de friandise empoisonnée, au goût sucré parait-il, nous ont dit Aminata Toure et Fatoumata Bah. Enfants se muant ce faisant en petits damnés de la terre qui circule, du sable qui s’accumule… et du plomb qui reste. L’interprétation en sorcellerie, pour expliquer leurs maux, n’aura pas résisté aux analyses toxicologiques : génie des procédés, oui, djinn des possédés aussi…

Poignant et révoltant récit de nos collègues toxicologues de l’UCAD. Mais une question me taraude à l’écoute de ces histoires : et le politique – sans même parler du rôle des Politiques – dans tout ça ? On y reviendra. Il faudra coûte que coûte y revenir. Car ces enfants, eux, ne reviendront pas – pas à leur vie d’avant en tous cas.

Ici, comme ailleurs, « les matières font récit » – c’est Claire Dutrait aussi, qui l’affirmait aujourd’hui – tragique en l’occurrence.

Les fonderies artisanales ont aussi leur histoire, locale, mais ancrée dans un topos du mouvement et de la circulation : rails, ports, routes. Magueye Thioub nous a fait voyager dans le temps en exhumant la profondeur historique des circulations de l’aluminium. Les matières font récit et se font simultanément mouvement : drastiquement d’ici, et néanmoins toujours déjà ailleurs. Ce nomadisme-là n’est pas bohème, mais il reste une aventure bien de notre temps, globale. Mines urbaines ou fonderies artisanales ont, de ce point de vue-là, peut-être, une portée hétérotopique pour reprendre cette notion chère au philosophe Michel Foucault : des utopies enracinées en un lieu « autre». Elles ont en tous cas la faculté de projeter dans des mondes plus vastes, s’insinuant dans les corps tout autant que dans les filières à perte de vue.

Le croisement des récits, des questionnements, des expertises – au rythme du TASS – a eu aujourd’hui quelque chose d’hypnotique, de kaléidoscopique. La précision des termes, des analyses, comme autant de cristaux affutés qui s’agencent en produisant des formes tantôt belles, tantôt effrayantes, soulève des pistes de recherche presque à l’infini. Le jeu d’échelle n’est pas ici une figure de style académique ; il est inhérent à cette capacité d’un groupe de recherche si richement hétéroclite – ingénieurs, anthropologue, toxicologues, géophysicienne, littéraire… – à tenir ensemble le plus petit embryon de matière et la filière mondiale où il trouvera sa place. TASS TASS

Alors comment travailler de concert, depuis des points de vue disciplinaires si différents ? Voilà la grande question qui s’invite in fine dans les échanges. Plusieurs réponses possibles.

 

  • D’abord, en « faisant », à n’en pas douter. En faisant de la recherche, ensemble, et en mettant ainsi en œuvre une philosophie du faire qui, sur ces questions, ne peut jamais être loin d’une théorie du care. Le projet AirGeo présenté par Mélina Macoin met ainsi au diapason le faire et le care.

 

  • En embrassant l’angle du politique également. Pas « la » politique instituée, mais bien le politique : le jeu des relations de pouvoir, à différentes échelles ; tout ce qui concourrait à rendre impossible l’existence d’un autre Ngagne Diaw et ses trop jeunes damnés. Suivre le plomb, de ce point de vue, apparait comme une stratégie de recherche très prometteuse.

 

  • En faisant de l’histoire aussi : il y a là un haut potentiel pour revisiter en détail l’histoire urbaine de Dakar à travers ces matières et ces matériaux qui font – et défont – la ville. Ces matériaux qui composent l’espace urbain, littéralement, mais qui façonnent aussi, souvent tragiquement, les corps des citadins – qui s’y infiltrent et y laissent des traces. Des TASS. Au-delà de l’écologie urbaine, ou en complément de celle-ci, il y a matière à penser une « physiologie citadine ».

 

  • En posant, finalement, une question-maîtresse, qui est celle de l’habitabilité de Dakar, rien de moins, alors même que nous avons si bien su nous rendre étrangers à cette ville, à cette planète, en créant les conditions de leur inhospitalité à notre égard. Quels outils matériels, conceptuels, cognitifs, et aussi peut-être affectifs, développer pour rendre compte de ce momentum – ce moment historique, ce laps de temps converti en quantité de mouvements tout autant qu’en quantité de matières entre deux TASS ! TASS !

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Cheve dit :

    Très intéressant et magnifique texte! Stimulant et nécessaire! Merci Yann Philippe et à très vite à l’IRL!
    Bravo pour votre site airgeo vraiment!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.