Histoires du logo


Un projet, c’est aussi une identité, une image, une idée à saisir en un coup d’oeil et de pensée, une vision, bref, c’est aussi un logo. Anna Dubois Diop revient ici sur la création du logo AirGeo, de septembre 2021 à janvier 2022, le temps d’une maturation, faite de circulations des idées, des formes, et d’une moto Jakarta dans les rues de Dakar !


 

HISTOIRES DU LOGO

« Les rôles ne peuvent pas être qu’humains » affirme Claire Dutrait à l’occasion du workshop Regards croisés sur la « mine urbaine »du 7 décembre 2021 à l’UCAD, expliquant ainsi comment s’articule et se déploie le projet AirGeo. Dessiner le logo, c’était aussi rentrer dans cette considération. La marque d’AirGeo se devait être une narration visuelle où s’étirent et se superposent des chemins : symbole de cette ambition d’hybridation des écritures, celle des humains et celle du non-humain qu’est l’écorce.

AirGeo prend sa source dans les matières : particulièrement celle de l’écorce, autour de laquelle chaque discipline se retrouve dans le projet, selon Yann Philippe Tastevin.

L’écorce a donc été mon point de départ. J’en ai pris une, au hasard, dans un carton qui en était rempli à Kër Thiossane à l’occasion de l’atelier capteurs M-A-D, le 12 novembre 2021. Ce sera celle-ci !

Mais comment représenter une écorce ?

À la regarder de plus près, elle n’a ni forme, ni limite. Elle est une masse, fine par endroits et épaisse à d’autres. Évoquer l’écorce au singulier est inexact, il y a des écorces, qui n’ont de commun que la propriété d’envelopper et de protéger un arbre.

J’ai opté pour la linogravure : une technique de gravure en relief, qu’on appelle aussi taille d’épargne. À l’aide de gouges, j’enlève de la matière sur la plaque de linoléum jusqu’à obtenir la forme attendue, que je devrai ensuite encrer puis imprimer. Je me suis allée à une expression libre, à soustraire la fibre pour représenter les fibres d’une forme aux contours aléatoires. Laisser filer la gouge sur la matière comme pour mieux saisir et s’emparer des plis d’une écorce…

 

Une fois la plaque achevée, il faut l’encrer à l’aide d’un rouleau encreur. La recherche de cet outil a été une aventure. Après avoir arpenté les boutiques d’art, nous nous sommes dirigés avec Bassirou Wade chez les boutiquiers de Dakar pour finir par trouver un rouleau au prix de 45 000 francs.

Pas la peine de faire la conversion, c’est très cher ! Nous avons pris un autre chemin… Finalement, un rouleau c’est quoi, me demandais-je ? Un manche et un embout en plastique/caoutchouc, lisse et un peu lourd. À dos de bécane, nous saisissons au vol ces outils au marché pour un total de 2000 francs, que Bass assemblera par quelques soudures dans son atelier du métal. Il faut savoir que Bassirou, affirme le CNRS, c’est “le soudeur métallique et designer autodidacte réputé dans tout Dakar pour sa transformation des Jakarta – motos bon marché en provenance de Chine – en engin hybride à trois roues destiné aux personnes handicapées”. Rien de ce qui est métallique ne lui est étranger à Dakar !

Et voilà ! Il y a un premier essai, puis un deuxième.

Finalement, j’encre. J’imprime. Je numérise. Je teste plusieurs images, j’emprunte beaucoup de sentiers.

 

Alors que nous discutions du logo avec Yann Philippe, dehors (c’est important), je demande : « et pour la couleur ? ». Il se saisit d’une écorce au sol, nous la regardons, vraiment. Je n’avais pas pris le temps d’en observer une de cette manière et je suis surprise de la variété qu’elle présente (pas de marron par ailleurs). Se décline sous nos yeux un chromatisme de 3 à 4 teintes très harmonieuses. Nous ne chercherons pas plus loin !

Je présente mes essais à l’équipe une première fois. La discussion s’ouvre.

A quoi doit ressembler un logo pour un laboratoire de recherche ?

Certain·e·s affirmeront qu’il doit s’aligner avec les logos d’autres laboratoires, être pris dans un cadre, tandis que d’autres espèrent justement s’affranchir de ce moule. Difficile de trancher…

C’est le début de plusieurs allers-retours, à la fois propres au travail graphique mais aussi propres à ce qu’est AirGeo : un projet qui tente de faire communauté et de faire discuter ensemble les disciplines : chercheur·se·s en sciences de la terre, chercheur·se·s en sciences sociales, artistes, habitants Plusieurs horizons, avec des sensibilités et des fondements très différents, essaient à cet endroit de se mettre d’accord et de se retrouver autour d’un logo, à savoir une forme qui représente à la fois elle-même et un collectif, une image résumant un projet et ceux qui le portent…  Les négociations ont été nombreuses. Elles ont, à terme, contribué à affirmer une identité visuelle singulière.

Une identité qui sort du cadre, à l’image du projet.

 

images et photos : Anna Dubois-Diop


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.