Le collectif AirGeo / Sciences-Société&Arts

© Frédéric Malenfer

 

Le projet AirGeo rassemble une équipe de chercheurs, de designers et de makers reliés par un programme international de biosurveillance scientifique et citoyenne de la qualité de l’air dans des zones urbaines, industrielles et minières en France, au Brésil, au Sénégal, au Ghana et en Côte d’Ivoire. S’appuyant sur des méthodes magnétiques d’évaluation des pollutions captées par des écorces d’arbres, ce programme est nourri par des approches complémentaires, en sciences de la terre et de l’environnement (géophysique et géochimie, physique de l’atmosphère, épidémiologie et géologie), en sciences humaines et sociales (anthropologie, sociologie, urbanisme et géomatique) et par les savoir-faire d’ingénieurs, d’artisans et de makers. Il vise à organiser les conditions de la mesure des pollutions, de la conception scientifique et technique du capteur à son appropriation par le design. Et il figure parmi les 13 lauréats de l’appel  the Pathways to Sustainability Collaborative Research Action  lancé par la National Science Foundation sous l’égide du Belmont Forum :

Cette équipe compose aussi un collectif plus large, en association avec un photographe, une graphiste, un dessinateur, un auteur de théâtre et animateur de radio, une programmatrice culturelle et directrice d’un FabLab et une auteure accompagnant le projet scientifique. Ce collectif en observera la marche, la racontera, la dessinera et lui proposera échos, des leviers de sensibilisations et des dispositifs participatifs d’appropriation. Les formes à l’œuvre raconteront aussi, dans un récit à plusieurs voix, les épreuves (les problèmes, les débats, les tensions) que suscitent l’élaboration de la mesure des pollutions et son appropriation par les personnes concernées.

Ce collectif « Sciences&Arts » intervient au sein de communautés ancrées sur des territoires concernés par l’élaboration d’une mesure citoyenne (ou mitoyenne ?) qui serve de levier à la négociation politique. Le pari est que l’espace des commentaires de ce carnet puisse accueillir les contributions de tous ceux qui se sentent concernés par la confiance à accorder aux mesures de la qualité de l’air qu’on respire tous, avec un capteur qu’on fréquente tous, avec cette question centrale du projet :

Qu’ont à nous dire les écorces de la qualité de l’air ?


Pour lire les portraits, cliquez :
Maria de FATIMA ANDRADE, Souleymane BALDE, Sylvia BECERRA, Fatima BENAÏSSA, Youssouf BINYOUM, Estelle DEMARCKE, Edmilson DIAS de FREITA, Mohamadou DIOL, Anna DUBOIS DIOP, Loïc DRIGO, Claire DUTRAIT, Emmanuel GRIMAUD, Alexandre GUBERT LEITE, Mayoro GUEYE, Aliou GUISSELaure LAFFONT, Jean-François LEON,  Marion LOUISGRAND SYLLAMélina MACOIN, Mamoudou MBENGUE, Frédéric MALENFER,  Saliou NASSIROU, Sonia ROUSSE, Moustapha Bassimbé SAGNA, Eva SCHRECKAruã da SILVA LEITE, Marian SELORM SAPAH, Bass SARR, Yann Philippe TASTEVINRicardo Ivan FERREIRA de TRINDADE, Ibrahima WADE, Leonardo YOSHIAKI KAMIGAUTI.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search