Nathalie Bruyère

 

 

Mon travail est le design. À ne pas confondre avec le style design, il ne s’agit pas de produire de belles formes. Il s’agit de tenter d’établir les principes d’une production harmonieuse entre tout un chacun et l’habitabilité de notre monde, en considérant que la forme des objets peut constituer un lien privilégié entre individus et société. 

 

 

 

S’il n’y a qu’une seule réalisation de toi à connaître, ce serait laquelle ?
Mon travail se déploie sur 3 piliers : la pédagogie à l’isdaT, l’agence (Duffau Associés) et l’association (Ultra Ordinaire) que nous avons créées pour penser le faire, la fabrication, en bref la recherche-action.

Avec qui dans le projet AirGeo as-tu déjà travaillé, collaboré, bu un verre
J’ai bu des bières avec Yann Philippe et Claire.

As-tu un arbre préféré… ?
Mon cœur va vers le mûrier, c’est un arbre qui produit des fruits et permet la production de la soie en plus de sa beauté.

 … et un métal préféré ?
J’aime le métal issu d’une deuxième fusion, celui qui sort du traitement de pièces de moteur et de déchets variés métalliques. Une mine à ciel ouvert issue des déchets urbains appropriables par les usagers.

© dessin de Frédéric Malenfer


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
La rédaction (20 novembre 2021). Nathalie Bruyère. AirGeo : l'air, la terre et des écorces. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/awrm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search