Enquêtes croisées à Sebikotane


Les 14, 21 mai et 28 mai, les médiateurs et les étudiant·e·s en médecine ont fait passer 190 questionnaires auprès des habitants de concessions où avaient été déployés les capteurs-écorces. Un moment essentiel pour le projet AirGeo, qui croise deux enquêtes, l’une en médecine sur la connaissance des pathologies liées à la pollution de l’air, et l’autre en sociologie, sur la connaissance des pollutions par les habitants.


Les habitants de Sebikotane qui ont accueilli chez eux un capteur-écorce ont vu arriver ces dernières semaines des binômes de médiateurs et de jeunes médecins pour leur faire passer des questionnaires. Car l’enquête continue, en plus de celle menée en géophysique et géochimie menée grâce aux capteurs par Mélina Macouin, Sonia Rousse, Jean-François Léon, Laure Laffont et Loïc Drigo, deux autres viennent compléter la connaissance de l’environnement de Sebikotane. Une enquête est menée en médecine, sous la responsabilité du Pr Fatou Bintou Sarr, et l’autre en sociologie, sous l’impulsion de Christelle Gramaglia et de Yann Philippe Tastevin.

Demba Diagne, médiateur dans le projet AirGeo et reporter à la radio War Wi, a mené un reportage sur le sens de cette nouvelle étape dans le projet AirGeo.

En français :

Et en wolof :

LE CADRE DES ENQUÊTES

Côté médecine, la faculté de médecine de Thiès a dépêché 14 étudiants et étudiantes sous la responsabilité du Pr Fatou Bintou Sarr pour faire passer des questionnaires de données médicales auprès de habitants des concessions ayant accueilli des capteurs chez eux en janvier 2022. Chaque questionnaire permettra de recueillir les plaintes actuelles et les antécédents médicaux, chirurgicaux et gynéco-obstétriques (pour les femmes) personnels et familiaux des sujets exposés. Les questions visent également à rechercher des troubles de la fertilité chez les hommes et les femmes. Le questionnaire est accompagné d’un examen clinique auprès des habitants de chaque concession, qui permettra de rechercher des altérations de la santé.

L’intérêt d’une telle enquête est d’étudier l’effet des différentes pollutions sur l’état de santé des populations de Sebikotane. Articulée aux analyses en géophysique et géochimie, cette enquête sera couplée par ailleurs à une étude systématique des registres de consultation de l’Hôpital des Enfants de Diamniadio, du centre de santé de Diamniadio et des dispensaires de Sébikotane ou de Dougar, où les motifs de consultation sont recueillis. L’objectif est de comprendre quel lien établir entre le niveau de pollution, les substances impliquées et la santé des populations pédiatriques et adultes de la zone. Ce travail fera l’objet d’un mémoire de master de la part d’un des étudiants de médecine impliqué dans le projet AirGeo.

Pr. Fatou Bintou Sarr, Yann Philippe Tastevin et Christelle Gramaglia

Coté sociologie, des enquêtes sur l’expérience vécue des riverains ont été engagées par Christelle Gramaglia et Yann Philippe Tastevin. Il s’agit de recueillir les perceptions, les connaissances, mais aussi les accommodements que les pollutions suscitent chez les habitants pour s’en prémunir. Un questionnaire de près de quarante questions a ainsi été administré par les médiateurs du projet AirGeo. L’analyse de ces questionnaires sera articulée avec l’enquête par entretiens approfondis menée par Christelle Gramaglia en mai 2022. L’objectif est de renseigner sur le rapport ordinaire et quotidien au danger, mais aussi sur les bouleversements sociaux plus profonds provoqués par les pollutions. Un mémoire de master engagé par l’un des médiateurs du projet AirGeo se centrera plus précisément, et au long cours, sur le quartier de Sebi-Fass.

ET CONCRÈTEMENT DANS LES MAISONS…

Voici ce que les habitants ont entendu en voyant arriver les binômes de médiateurs et d’étudiants en médecine :

  • en wolof
  • et traduit en français

(une ressaisie audio par Demba Diagne)

 

Et comme à chaque étape du projet AirGeo, le centre Tadjabone sert de base pour les réunions et les repas… merci Souleymane Baldé pour l’accueil !

Avec des photo de Pape Thiandoum, bien sûr !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Senghor dit :

    C’est très important et c’est une belle initiative vraiment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search