Jean-François Léon

 

Je suis physicien de formation et chimiste par curiosité. Ma discipline se prénomme “les sciences de l’atmosphère”. Elle cherche à comprendre le fonctionnement physique et chimique de l’atmosphère terrestre. Les domaines d’applications concernent l’étude du changement climatique, la prévision météorologique ou la qualité de l’air. Les récents prix Nobel de chimie (1995), de la paix (2007) et de physique (2021) lui donnent des lettres de noblesse

 

 

 

S’il n’y a qu’un article ou livre à lire de toi, ce serait lequel ?
Peut-être l’article le plus court que j’ai écrit. Il s’agit d’une analyse par satellite des zones d’émissions des poussières désertiques sur le pourtour de l’Océan Indien depuis la corne de l’Afrique jusqu’au Nord de l’Inde. L’émission de poussières dans cette vaste zone géographique était encore assez peu étudiée et l’évocation des noms des déserts m’a beaucoup fait réver. L’utilisation massive de données satellite depuis les années 90 a été une vrai révolution dans ma discipline.

Léon, J.-F. and Legrand, M. (2003): Mineral Dust Sources in the Surrounding of the North Indian Ocean, Geophys. Res. Lett., 30,DOI: doi:10.1029/2002GL016690.

On peut trouver mes articles ICI

Avec qui dans ce projet as-tu déjà travaillé, collaboré, bu un verre ?
J’ai eu le plaisir de rencontrer, au moins en visio, les différents acteurs du projet.
Je suis le “researcher next door” de l’équipe de Mélina Macouin et Sonia Rousse avec qui je collabore quasi-quotidiennement, mon laboratoire faisant partie du même groupement de recherche. J’ai beaucoup travaillé avec l’équipe du Pr. Véronique Yoboué de l’université d’Abidjan, avec qui mon laboratoire entretien une collaboration depuis plus d’une vingtaine d’année. La fin de l’épidémie devrait nous permettre de reprendre rapidement le chemin des expériences de terrain afin de collaborer avec l’ensemble des participants.

As-tu un arbre préféré… ?
Question trop difficile car je suis dendrophile. Le pin parasol qui fait immédiatement penser aux vacances !

 …et un métal préféré ?
L’étain de symbole Sn. Lorsque j’étais adolescent, je récupérais les capsules de bouteilles de vin des parents pour en fondre l’étain dans une petite casserole et réaliser des moulages dans des coquilles d’escargot. Malheureusement il est probable que certaines de ces capsules étaient en plomb mais, dans les années 80, on connaissait peu le danger des métaux. Il m’arrivait même de jouer avec les billes de mercure du thermomètre. Maintenant je l’utilise pour de la soudure électronique ou de la brasure de plomberie. Métal dont la beauté réside dans son utilité.

 

© dessin de Frédéric Malenfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search