Laure Laffont

 

 

Je suis géochimiste de l’environnement, cela consiste à étudier les différents compartiments (eau, sol, air, vivants) d’un milieu pour comprendre les processus qui gèrent les déplacements de certains éléments, bien souvent les métaux lourds

 

 

 

 

 

 

S’il n’y a qu’un article ou livre à lire de toi, ce serait lequel ?
Je pense que le mieux c’est ma thèse : Laffont , Laure. Fractionnement des isotopes stables de mercure dans un écosystème tropical en Amazonie bolivienne et dans les cheveux de populations humaines exposées – thesesups (ups-tlse.fr)

Avec qui dans ce projet as-tu déjà travaillé, collaboré, bu un verre ?
J’ai déjà collaboré avec Mélina, travaillé et partagé une mission avec Eva et Sylvia, sollicité Loïc et Pascal et papoté avec Claire et Yann Philippe.

As-tu un arbre préféré… ?
C’est l’if. Non seulement je le trouve beau, avec ses noeuds et ses branches tortueuses, mais c’est un arbre qui “ne meurt jamais” : lorsqu’il devient très vieux, son tronc se creuse de plus en plus et un nouveau tronc pousse en son centre. Il se “réincarne” dans un nouvel arbre. C’est aussi un arbre très symbolique dans le monde celte et il était prisé des druides. C’est un arbre qui sait se défendre : très toxique, il ne faut pas manger son écorce, ni ses baies. Des chapelles ont été construites à l’intérieur de ces arbres aux troncs creux, offrant un refuge de paix.

…et un métal préféré ?
Mon métal préféré est le mercure. Non pas parce que je travaille dessus depuis des années mais parce qu’il a une histoire très riche et une symbolique très forte. C’est le seul métal sur terre qui est liquide et pour cela on lui a rapidement prêté des vertus magiques : on pensait qu’il faisait partie de la recette de la pierre philosophale qui pouvait donner l’immortalité, la jeunesse et la richesse, on pensait également qu’il pouvait guérir énormément de maux (syphillis, eczéma, etc), on s’en servait comme talisman enfermé dans une coque de noix ou dans un petit récipient que l’on portait autour du cou, les momies étaient recouvertes du cinabre, le minerai rouge dont il est issu, … Il tire son nom du Dieu Mercure, le plus vif de tous les dieux, dieu des messagers et des voleurs. Et, de fait, il a vraiment des propriétés particulières par rapport aux autres métaux et il est irremplaçable dans certaines applications. Il a provoqué de nombreuses morts de manière vicieuse avec des effets spectaculaires (les chapeliers fous, les malformations, les oiseaux tombant du ciel et les chats bavants de Minamata).  

 

© dessin de Frédéric Malenfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search