Claire Dutrait

 

 

Je suis auteure, j’écris sur et avec ce qui déborde, et mine, le monde d’aujourd’hui : les déchets et les pollutions. Inscrite en doctorat de pratique et théorie de la création littéraire (sous la direction de Catherine Mazauric et Felwine Sarr), je cherche des formes de récits renouvelées : récits où les matières seraient des personnages, récits hybridant les langages, récits de territoire s’écrivant en collectif pour ouvrir des mondes possibles.

 

 

S’il n’y a qu’un article ou livre à lire de toi, ce serait lequel ?
J’ai commencé dans ce projet par une nouvelle qui se déroule à Dakar, après avoir passé une semaine sur le terrain d’enquête de Yann Philippe, c’était en novembre 2019 : Comment j’ai fait tomber Ousmane Fall, à lire ici.

Pour découvrir le reste, c’est ici, et .

Avec qui dans ce projet as-tu déjà travaillé, collaboré, bu un verre ?
J’ai commencé à découvrir le travail de Frédéric, pinceau à la main, en faisant le tour du périphérique de Toulouse, à pied… C’était dans le cadre du projet Périph’strip mené dans et par le collectif Urbain, trop urbain, et nous avons continué par des publications, des performances avec live painting et de nombreux coups bus depuis ! Avec Yann Philippe nous nous sommes connus pour concevoir l’exposition Vies d’ordure, sur la gestion des déchets en Méditerranée, au MuCEM, en 2017. Une aventure passionnante et qui en a ouvert d’autres, et tout particulièrement celle d’AirGeo, où j’ai déjà rencontré, à Toulouse, Mélina, Sonia et Jean-François, et à Dakar : Mayoro, Ibrahima, Marion, Moustapha … à suivre !

As-tu un arbre préféré… ?
C’est un vieux prunier en fin de vie dans un jardin que je connais bien, sous lequel j’ai mangé, lu, parlé, chanté, dormi… sur lequel les chats grimpent pour chasser les mésanges qui nichent au printemps, cachées par le lierre et la bignone où logent les guêpes venant manger les prunes tombées à terre et qui ont échappé à la confiture. Attention aux pieds nus ! – Je ne suis pas sûre qu’il passe l’hiver et je n’ai toujours pas fait le tour du monde qui disparaitra avec lui.

…et un métal préféré ?
J’ai quelques bijoux en cuivre, en or et en argent, des dents avec du mercure et du titane, des casseroles en cuivre et en aluminium, une voiture à batterie au plomb… mais je connais trop mal les métaux pour en avoir un préféré. Je trouve ces matières fabuleuses, dans la manière dont elles articulent les âges de la terre les plus profonds, les savoir-faire humains les plus techniques et les questions de pollutions les plus contemporaines !

 

© dessin de Frédéric Malenfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search