NOYYINDOO : le Festival Forum santé et environnement

 

Le festival-forum santé-environnement « NOYYINDOO, Respirons ensemble » initialement prévu le 10 juin 2023 à Sebikotane, a dû être reporté, sur décret de la préfecture, pour raisons de sécurité.

Il devait être occasion d’une concertation inédite entre habitants de Sebikotane, services de l’Etat, industriels implantés dans la zone, édiles municipaux et personnes ressources pour commencer à envisager des actions pour répondre aux premiers résultats des enquêtes menées dans le cadre du projet AirGeo à Sebikotane, portant que la qualité de l’air et la qualité de vie  à Sebikotane.

Nous espérons pouvoir reporter ce festival-forum en novembre 2023.

Grâce à l’engagement des délégués de quartiers, des badianu gox et de l’équipe AirGeo composée des médiateurs, chercheurs et artistes, trois conseils de quartiers, à Kip-Kip, Sebifass et Sebigare ont pu être maintenus les 8, 9 et 10 juin 2023, et le centre Tadjabone a pu accueillir l’exposition « Inspire et embarque » du 5 au 15 juin 2023.

 


Contribuer à la transformation sociale et écologique d’un territoire à travers des enquêtes scientifiques concernant des pollutions de l’air dues à des activités anthropiques, c’est le défi que s’est lancé le consortium international de scientifiques, artistes, acteurs locaux et citoyen·ne·s dans le projet AirGeo, porté par le CNRS, l’UCAD et le Belmont Forum. S’appuyant sur des campagnes scientifiques pluridisciplinaires menées dans cinq pays (Brésil, Sénégal, Côte d’Ivoire, Ghana et France) sur trois continents, centrées sur l’évaluation de la pollution de l’air, le projet AirGeo a mis en place un dispositif innovant permettant d’articuler très fortement des sciences participatives aux outils d’analyses scientifiques.


L’originalité du projet AirGeo démarré sur les communes de Sebikotane et Diamniadio à partir de janvier 2022 a été de déployer des capteurs de la qualité de l’air sous formes d’écorces d’arbres. C’est dans la rencontre entre des géophysiciennes du laboratoire de Géosciences de l’Environnement de Toulouse, un anthropologue (CNRS-UCAD), un fablab de Dakar (Dëfko ak Niep) et une agence de design de Toulouse (Ultra-Ordinaire) que ces capteurs sont nés. Low-techs, peu chers, non impactants, ces capteurs peuvent se déployer à grande échelle. Cela a un double avantage : affiner le grain de la mesure de la qualité de l’air d’une part et élargir les cercles des personnes concernées par la mesure d’autre part. Car ces capteurs tout en bois, fragiles, nécessitent de l’attention de la part des habitants qui en ont accueilli un chez eux pendant les six mois d’exposition nécessaires.

Au niveau international, l’objectif d’AirGeo est de produire une synthèse des émissions atmosphériques liées aux différentes activités minières primaires ou urbaines (recyclage des métaux lourds) et au trafic routier, et de créer un réseau d’acteurs académiques et non académiques transdisciplinaires.

*

Depuis un an, nous avons fait le pari d’initier de nouvelles pratiques de connaissances, mêlant des acteurs d’horizons divers : des chercheurs en sciences de la terre, et en sciences humaines, des artistes et des acteurs locaux.

Au Sénégal, de janvier à juin 2022, dans la commune de Sebikotane, où sont installées plusieurs usines de recyclage de métaux et où passe un trafic routier intense, 200 capteurs de particules métalliques, passifs et low-tech car sous forme d’écorces d’eucalyptus, ont été déployés dans près de 200 concessions.

Le déploiement à grande échelle a été rendu possible grâce à une dynamique exceptionnelle lancée lors d’une résidence arts-sciences-société en février 2022.

Le maire et les services de la commune, les délégués de quartier, les femmes responsables de la santé communautaire, les jeunes associatifs œuvrant pour le développement du territoire, des comédiens de théâtre forum et des habitants accueillant les capteurs-écorces chez eux : chacun s’est sensibilisé ou re-sensibilisé aux enjeux de la qualité de l’air. Car cette question avait fait l’objet de conflits environnementaux à plusieurs reprises sur la commune au début de l’installation des usines de recyclage des métaux dans les années 2010.

Ce sont ainsi près de 2 000 personnes à Sebikotane et Diamniadio qui ont été mobilisées pour la réussite du projet de mesure de la qualité de l’air, avec des modalités d’engagement renouvelées.

Le projet a pris une autre ampleur encore pendant les six mois d’exposition des capteurs-écorces dans les concessions de Sebikotane.

*

Une série d’enquêtes scientifiques ont été menées auprès des acteurs du projet résidant sur la commune :

● en géophysique et géochimie, pour mesurer la qualité de l’air, en relation avec les particules émises par les usines, la circulation routière et les usages du charbon de cuisine

● en santé, pour documenter l’état de santé des habitants au regard des polluants atmosphériques

● en sociologie des pollutions pour faire émerger les perceptions des riverains sur les émanations, des usines et des axes routiers

● en anthropologie des techniques pour mettre en évidence les filières globales de recyclage des métaux qui passent par les usines de Sebikotane)

● en biologie végétale pour établir l’état de la biodiversité sur l’espace de la forêt délabrée de Sebikotane

● et en écopoétique, pour saisir les récits qui s’attachent aux eucalyptus, aux forêts et aux écorces dans la région de Dakar.

La multiplicité de ces enquêtes a ainsi donné lieu à une multiplicité de rencontres et de témoignages entre chercheurs et responsables communautaires, entre chercheurs et habitants, entre habitants et responsables communautaires. Ces échanges ont eu pour objets la qualité de l’air de Sebikotane, le devenir urbain et industriel de ce territoire en transition, les possibilités d’actions durables pour le suivi de la biodiversité, la création d’une association pour la régénération des forêts au Sénégal, la possibilité de planter un parc urbain

Les initiatives qui ont démarré à l’occasion du projet AirGeo témoignent d’une volonté de transition écologique du territoire prenant en compte une définition plus large de la qualité de vie à Sebikotane que l’unique nécessité de développement.

*

En juin 2023, arrive le moment de faire le bilan du projet AirGeo à Sebikotane, d’abord pour mettre en commun les données élaborées à l’occasion des multiples enquêtes scientifiques menées depuis plus d’un an : les habitants attendent fermement les mesures de la qualité de l’air qui ont été réalisées sur leur territoire. Il s’agira de les contextualiser avec les autres enquêtes pour en saisir la portée scientifique, sociale et politique. Car au bout d’une année, les connaissances co-construites avec les communautés, les données obtenues, encore parcellaires, offrent un éclairage qui nous interroge, qui exige d’autres enquêtes, mais demande déjà de prendre des précautions et de discuter collectivement.

 

A quoi ressemble la Sebikotane dans laquelle bien vivre ?
Et comment apprend-on à cohabiter avec des usines ?

 

un dessin de Frédéric Malenfer



Citer ce billet
La rédaction (2023, 18 mai). NOYYINDOO : le Festival Forum santé et environnement. AirGeo : l'air, la terre et des écorces. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/awt1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search