Des particules et des signes


Le projet AirGeo, c’est aussi de la médiation en France, et dans les écoles. Au printemps, les 15 et 17 mars 2022, l’équipe des chercheuses en géosciences, Mélina Macouin, Sonia Rousse et Laure Laffont, se sont rendues dans celle de Ramonville Saint-Agne : elles y ont animé des ateliers pour découvrir les propriétés du “magnétisme terrestre”. Les mêmes ateliers qu’aux élèves de Sebikotane du centre Tadjabone ! Récit de Laure, avec dessins de Frédéric Malenfer.


En ces jours venteux de début de printemps, nous avons animé des ateliers autour du magnétisme à l’école de Ramonville Saint Agne. Plus précisément, dans la classe de CM1-CM2 des élèves sourds dans laquelle Tiffany enseigne.

Les mains s’agitent, voltigent et remplissent l’espace car la langue de ces enfants est la langue des signes. Frédéric les dessine.

Nous apprenons aux élèves toutes les sources de particules (trafic routier, vent, usines, pollens, feux), et comment en distinguer les images au microscope. Mais de nombreuses questions restent : « Les particules c’est de la poussière ? », « Les nuages au-dessus des villes, c’est de la pollution ? ». A celle-là nous pouvons répondre… de mains en mains, de signes en signes, le sens circule. Mais quand arrive celle-ci : « Pourquoi continue-t-on à utiliser les voitures si elles émettent des particules polluantes ? », les mains s’écartent : grande question philosophico-politique !

Tiffany, l’enseignante, annonce avec ses mains « patience, patience » : certains pourront traiter cette question la prochaine fois…

Pour le moment, il est temps de revenir au nom des choses que nous sommes en train d’étudier – pour bien s’en saisir. Nous proposons un exercice de lexique aux élèves : il s’agit d’imaginer des signes adaptés pour les expressions « pollution de l’air », « particules magnétiques » et « capteur écorce ».

Le défi est lancé : trois groupes se saisissent d’une expression chacun et, après quelques minutes de débat animé, ils présentent les signes qu’ils ont choisis.

  • un groupe propose pour « pollution de l’air » une association du signe de « pollution » et d’ « air » : le signe part du nez comme celui de pollution mais finit dans l’air, voltigeant au-dessus de la tête,
  • un autre, pour « particules magnétiques » imagine un nouveau signe, qui consiste à faire le signe de « particules » mais, au lieu de rester en suspens, elles viennent se coller à un support vertical représenté par la main gauche,
  • pour le capteur-écorce, l’un des groupes choisit de prendre le signe de « arbre » et d’accoler sur son tronc des rectangles avec la main droite, mimant la forme des capteurs écorces en forme de carré.

Bien entendu, les enfants argumentent le choix de ces signes !

Pour cette fois, c’est terminé…

Nous revenons deux jours plus tard, pour proposer les ateliers de découverte des propriétés du magnétisme terrestre. A voir tout le monde impatient, nous sommes visiblement très attendues !

Quatre groupes d’élèves se répartissent en quatre ateliers :

  • Comprendre le magnétisme, avec Mélina. Le dialogue se fait avec les élèves grâce à Sigrid, qui interprète ce qu’elle dit, et s’amuse visiblement, elle aussi, à voir la limaille s’accrocher aux parois de la bouteille d’huile en plastique grâce à la force invisible de l’aimant.
  • Apprendre à récupérer les particules de fer dans un sol avec Laure : les élèves cette fois ont à attirer avec un aimant les particules de fer et à les faire remonter doucement le long de la paroi du flacon pour les amener à la surface. Il n’y a alors plus qu’à les récupérer avec une pipette en plastique et les conserver dans un petit flacon que chacun emportera chez soi.
  • Analyser des écorces de platane du Canal du Midi avec Sonia. C’est Aurélia qui interprète ses paroles, et qui suit de près ses faits et gestes : il s’agit de mesurer des écorces de platane qui ont été prélevées à Toulouse grâce au magnétomètre et de les placer sur une carte en fonction de leur aimantation. On peut voir ainsi où sont les endroits les plus touchés par les émissions du trafic urbain.
  • Imaginer la ville du futur avec Tiffany : les élèves signent entre eux, la maîtresse régule les débats et prend des notes sur une grande affiche pour accorder leurs visions d’une ville qui serait sans pollutions…

Le projet est en cours… mais le temps passe vite ! Il est temps de tout ranger… la limaille, le magnétomètre, les flacons, les pipettes, la bouteille d’huile et les dessins aussi !

Nous avons tout juste le temps de nous dire au-revoir avant que Tiffany indique qu’il est l’heure de la sortie des classes… les sourires sur les visages disent combien ces deux après-midis étaient riches d’échanges et de visions nouvelles, qu’elles soient scientifiques ou imaginaires.

Mélina, Sonia, Frédéric et moi, nous repartons dans le vent d’autan qui agite les feuilles des arbres comme autant de signes à comprendre – dans un grand bruissement silencieux.



Citer ce billet
La rédaction (2022, 23 mars). Des particules et des signes. AirGeo : l'air, la terre et des écorces. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/awsf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search