Que disent les corps ? Phase santé du projet AirGeo

Pr. Fatou Bintou Sarr présentant le programme AEROSEN à Sebikotane, avec Mayoro Gueye (à droite) et Malick Ba (de dos). 14/10/2023


Que disent les corps ? Après le lancement de la campagne de mesures de la qualité de l’air initiée en janvier 2022 par le déploiement des capteurs-écorce, c’est une nouvelle campagne d’enquêtes qui a débuté à l’automne 2023, pour  faire un état des lieux de la santé environnementale dans la zone de Sebikotane Diamniadio. Cette deuxième phase du projet AirGeo, diligentée par Professeur Fatou Bintou Sarr, de l’Université de Thiès et par le Doyen Professeur Abdoulaye Samb, de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, est coordonnée sur le terrain par Yann Philippe Tastevin, Mayoro Gueye et Dr. Amadou Bop, avec le relai indispensable des médiateurs, des badienu gox, des relais de la santé communautaire, des infirmiers des postes de santé et des délégués de quartier. Récit d’un déploiement qui embarque.


Le programme AEROSEN (financé par l’IRL 3189 “environnement santé sociétés” et la MITI du CNRS) vise à caractériser les effets de la pollution de l’air sur la santé humaine. Les sources de pollutions, rappelons-le, peuvent être les émanations des usines, le trafic routier, les brûlis de déchets dans les quartiers, l’usage du charbon pour cuisiner ou encore le sable venu du désert et les poussières soulevées par les chantiers. Or, dans cette zone en pleine mutation urbaine et industrielle, de plus en plus dense en populations, en habitations, en axes de circulation et en usines, les émanations densifient l’air de leurs particules. Dans ces conditions, le programme AEROSEN lance une enquête exploratoire. Son protocole, validé par Comité national d’éthique pour la recherche en santé (CNERS), consiste à examiner l’état des souffles par de la spirométrie (par mesure des volumes pulmonaires et des débits expiratoires), l’état des cœurs par électrocardiogramme (par mesure de la vitesse, du rythme et de l’efficacité du muscle cardiaque), l’état général des corps, par un examen clinique complet accompagné par un questionnaire individuel sur les pratiques de vie et la santé perçue. Premier bilan attendu fin juin 2024. Élargissement du protocole à Diamniadio prévu au mois d’avril.

Le protocole s’adresse à une population à la fois volontaire, bien sûr, mais aussi représentative de la population générale de Sebikotane. Ce sont ainsi quelque 230 habitants et habitantes de Sebikotane qu’il a fallu trouver, résidents de la ville depuis au moins un an et prévoyant d’y rester encore au moins un an, également répartis en genre, choisis en classes d’âge proportionnellement à la population générale, et distribués dans les 18 quartiers de la commune. Le maillage de relations de confiance créé depuis le début du projet AirGeo a ainsi été mobilisé à plein. Les badienu gox, bien sûr, ces “marraines de quartier” qui ont en responsabilité l’accompagnement des épouses et des mères dans leurs activités de procréation et de soin des enfants1, mais aussi les relais de santé , les médiateurs et les étudiants en médecine, les infirmiers, les médecins et les délégués de quartier, la mairie et universités, chacun a contribué à cette campagne.

***

Retour sur un calendrier serré

11 septembre 2023 : Première rencontre avec le collectif des badienu gox de Sebikotane, au Poste de santé.

Sur convocation de Madame Gueye, Présidente de l’association des badienu gox de Sebikotane, 20 badienu gox et relais de santé se sont retrouvées au poste de santé de, en présence du président de l’association des délégués de quartier, Malick Ba, de Mayoro Gueye et Yann Philippe Tastevin. La campagne d’enquêtes AEROSEN leur a été présentée, avec pour prise de responsabilité pour elles de sensibiliser les habitants et habitantes de chaque quartier au moment du lancement du protocole de choix des volontaires.

23 septembre 2023 : Lancement de la campagne Santé d’AirGeo avec le collectif des délégués de quartier, des badienu gox et des relais communautaire de Sebikotane, au Centre Tadjabone.

Sur convocation du président de l’association des délégués de quartier de Sebikotane, Malick Ba, ce sont 56 personnes qui se sont réunies pour démarrer le programme AEROSEN et anticiper sa réalisation. Premier ajustement : la campagne se basait sur le recensement de 2013, qui comptait 14 quartiers officiellement, alors que la commune en dénombre aujourd’hui 18… du fait de la forte urbanisation de la commune depuis dix ans. Un premier calendrier de déploiement de la campagne est établi, avec réunions de consultation de l’ensemble des acteurs communautaires. La question de savoir qui concernera la campagne est encore en suspens.

14 octobre 2023 : Partage du protocole d’enquête sur la santé environnementale, entre Pr. Fatou Bintou Sarr et Pr. Abdoulaye Samb d’une part et les acteurs et actrices communautaires d’autre part, au centre Tadjabone.

Lors de cette réunion, il est annoncé que le nombre de personnes visées pour l’enquête est de 380. Il s’ agira de personnes majeures habitant l’ensemble des quartiers de Sebikotane, le quartier de  Dougar sur la commune de Diamniadio, ainsi que celui de Diamniadio Centre. L’étude prévoit 3 consultations gratuites tous les six mois sur une durée de douze mois, sous la supervision de 6 médecins, en lien avec le médecin chef de district et les infirmiers chef de poste (ICP).

Prise de parole de la Relai de Sebi-Tiokho (en haut à gauche) et du Président du l’association des délégués de quartier de Sebikotane (à droite), avec le le doyen de faculté de médecine de l’UCAD (en bas à gauche).

Samedi 21 octobre 2023 : Réunion avec les délégués de quartier, les badienu gox, les relais communautaires et des médiateurs pour l’opérationnalisation de la campagne.

Il est entendu lors de cette réunion que la campagne démarrera par Sebikotane, en cherchant à recruter 234 personnes sur la communes, qui soient en même temps volontaires et représentatives de l’ensemble de commune de Sebikotane. Ce recrutement sera assuré grâce à la sensibilisation des badienu gox lorsqu’elles visitent les familles dans les maison, et des médiateurs  du projet AirGeo. Pour chaque quartier, est donc désigné un quatuor référent de la campagne de santé environnementale : le délégué de quartier bien sûr, la badienu gox, une relai communautaire et un médiateur (ou une médiatrice).

Le démarrage du dispositif de consultations est fixé pour le samedi 25 novembre à 9h au centre-socio-collectif de Sebikotane et il est prévu qu’il s’étende sur 4 journées. Le rôle des référents sera donc de convoquer les participants et participantes au programme de manière répartie. Mais l’enjeu pour l’heure est de le sélectionner de manière scientifique et communautaire… ce sera l’objet des prochaines réunions.

Samedi 4 et 11 novembre 2023 : Mise en place du tirage au sort public des concessions échantillonnées

Les référents des quartiers se retrouvent au centre Tadjabone pour tirer au sort les concessions susceptibles de loger des volontaires, en prenant en compte en premier lieu la répartition spatiale dans le quartier. Pour ce faire, les présents ont à leur disposition des cartes cadastrales vierges des quartiers, produites par l’Institut de la Gouvernance des Territoires de l’Université Cheik Anta Diop (IGT) sur la supervision du Pr Momar Diongue. Lors de la semaine suivante, l’IGT a produit un second jeu de cartes, reprenant les repérages réalisés la semaine précédente, avec leur géolocalisation. Voilà de quoi guider les médiateurs et médiatrices dans les quartiers !

Du 12 au 23 novembre : sélection des volontaires dans chaque quartier de chaque concession

C’est ainsi que pendant une dizaine de jours, les médiateurs et médiatrices, coordonnés par Seex Tiijaane Njaay alias Junior, ont démarré leur porte-à-porte dans les quartiers, pour trouver un quota de volontaires à la campagne de santé environnementale, selon leur âge et leur genre. Aidés de l’application kobocollect qui avait déjà servi pour le déploiement des capteurs-écorces, ils se sont préparés des trajets, ont entré les géolocalisations effectives, et ont inscrit les volontaires, en leur distribuant une carte nominative et en leur donnant rendez-vous lors de l’une des quatre journées de consultations.

L’art des médiateurs et médiatrices lors de ces visites a été d’ajuster la carte au territoire, et le protocole scientifique aux préoccupations des familles rencontrées. Certaine parcelles visées étaient ainsi inhabitées, des familles ont tenu à ce que ce soit le plus faible qui soit porté volontaire pour la campagne de santé, d’autres ont refusé de participer malgré la sensibilisation des badienu gox et des délégués de quartier, du fait que le protocole de recherche prévoit un diagnostique mais pas de prise en charge spécifique, si ce n’est une orientation vers le Centre de Santé de Diamniadio. Toutes préoccupations bien légitimes ! Preuve que cette démarche a été efficace : sur les 234 personnes recrutées, ce n’est pas moins de 227 qui se sont présentées lors des journées de consultations.

24-25 novembre : premières consultations sur la série de trois, au centre socio-culturel de Sebikotane

Les journées de consultation ont démarré dès 9h au centre de Sebikotane, sous la supervision de Pr. Fatou Bintou Sarr, Pr. Abdoulaye Samb et Dr. Yann Philippe Tastevin. Après une vérification de l’inscription réalisés par les médiateurs et médiatrices, chaque volontaire pour la campagne de santé environnementale a suivi un même parcours l’amenant à réaliser :

  1. un questionnaire sur les pratiques de vie et la santé perçue, assurés par les 6 médecins
  2. une consultation médicale pour un examen clinique complet, assuré par les 6 médecins
  3. un électrocardiogramme, assuré par les 6 médecins assisté par l’Infirmier Chef de Poste
  4. un examen de spirométrie, assuré par 2 médecins

 

… et maintenant ? Aux chercheurs et aux chercheuses de traiter cette collecte d’informations, avant même de pouvoir la compléter par les deux autres consultations prévues en mai puis en novembre 2024, et de les corréler, espérons-le, avec les résultats de enquêtes sur la qualité de l’air et la qualité de vie à Sebikotane, Dougar et Diamniadio. Ainsi se font les sciences et les collectifs dans le projet Airgeo, ensemble ! – Et il faut au moins cette alliance pour espérer comprendre jusqu’où vont les particules… et comment réagissent les corps à la transformation rapide des paysages, qui vont dans la région de Dakar plus vite que la mémoire des hommes.

A suivre !



Citer ce billet
La rédaction (2023, 27 novembre). Que disent les corps ? Phase santé du projet AirGeo. AirGeo : l'air, la terre et des écorces. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzr3

  1. pour en découvrir davantage sur la fonction de badienu gox, lire la fin de ce post, section “à propos des bajenu gox” : https://airgeo.hypotheses.org/1201 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search