Que disent les eaux ? Phase hydro-toxicologie

 


L’air, les corps, et maintenant les eaux. Les enquêtes continuent de s’ouvrir pour apprendre, ensemble, à se représenter les milieux de vie à Sebikotane. Après des repérages réalisés avec le géographe Philippe Delville-Lavigne, en novembre 2023, l’hydrologue Dr. Cheikh Diop et son assistant Robert Foukowé, sont venus de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar pour réaliser des prélèvements sur les cours d’eau en amont et en aval des usines de Sebikotane. Les toxicologues Pr. Mathilde Cabral et Pr. Aminata Touré, rattachées au Laboratoire de Toxicologie (UCAD) et au Centre anti-poison de Dakar, ont suivi l’ensemble du protocole pour assurer la validité de leurs résultats à venir. L’équipe a été guidée sur place par le délégué du quartier Belvédère, M. Djiby Sall, accompagnée des médiateurs Bassirou Sarr et Séex Tiijaane Njaay, et coordonnée par Yann Philippe Tastevin. Récit d’un paysage aquatique, et d’un protocole pour commencer à s’en saisir.


Tant d’eaux ! Habiletés en paysage labile

Chacun sait à Sebikotane qu’il y a au moins deux paysages par an dans la zone, celui de la saison sèche et celui de la saison des pluies. La grande cuvette qui a accueilli les villages devenus ville est située au pied des contreforts du plateau de Diass. Même lors de la saison sèche, il reste des marigots et des ruisseaux. Lors de l’hivernage, les eaux ruissellent depuis le lac Tanma , elles passent du côté de Yeba, Fili-Fili, Belvédère, Sebi-Gare, Kip-Kip, Dougar… elles recouvrent le sable, l’argile et la latérite. Elles passent, forment des méandres, elles s’étendent, elles s’installent, et inondent les champs. Les chemins, les ravines, les jardins se transforment en cours d’eau, en rivières, en canal, en égouts… et puis tout part à l’océan ! Ce rythme, tous les habitants et toutes les habitantes de Sebikotane le connaissent. Le Pr. Mamadou Kandji s’apprête à rappeler cela dans ses Mémoires de Sebikotane 1 . Les éleveurs, les vaches, les écoliers, les vendeuses de mandarines, les charretiers, les taxis collectifs : chacun a ses chemins de saison sèche et ses passages d’hivernage. Et alors beaucoup se retrouvent sur la Nationale 2 qui se remplit d’embouteillages !

Repérage des cours d’eau de la zone de Diamniadio-Sebikotane.

Avec l’urbanisation de la ville, l’autoroute, les travaux du TER, les nombreuses constructions nouvelles, les cours d’eau de toujours rencontrent aujourd’hui des obstacles. Ce qui était vécu comme un événement cyclique, un bienfait pour les cultures dans le rythme pastoral, devient une catastrophe urbaine. Les eaux entrent dans les maisons, y stagnent, et ne trouvent pas toujours leur voie pour rejoindre la côte. Cela, les habitants de Dakar le savent déjà depuis des années. Écoutons Aminata Sow Tall décrire cela dans l’un de ses romans :

Le retour des saisons pluvieuses sonna comme un enfer pour eux et pour les habitants d’autres quartiers qui avaient poussé comme des champignons à travers la ville, sans canalisations. La maison étant sommairement posée dans une cuvette, les baraques branlantes tanguaient sous les vents et les pluies dans une énorme mare d’eau usées, boueuses, nauséabondes, charriant toutes sortes d’immondices.2

Avec l’industrialisation, les eaux se chargent aussi des effluents des usines. C’est que les fonderies ont besoin de beaucoup d’eau pour refroidir leurs processus de fabrication. Elles n’attendent pas la saison des pluies, elles s’installent sur les étangs, sur les ruisseaux, et pompent dans les nappes phréatiques, les marigots et les cours d’eau, et puis elles rejettent les eaux usées. Pendant l’hivernage, ces eaux se trouvent mêlées aux eaux venues du plateaux de Diass et qui cherchent à s’écouler jusqu’à l’océan. Elles frayent et stagnent tout pareillement, dans les maisons, sur les chemins, dans les ravines et les champs, et se mêlent aux sédiments. Cette modification est bien connue des éleveurs qui habitent proches des étangs, elle est documentée actuellement par les géographe Philippe Lavigne-Delville, Momar Diongue et le photographe Julien Hazemann. Connaître la nature de ces eaux, tel est l’objectif des chercheurs, des chercheuses et des enquêteurs venus ce jour de novembre en bord de ruisseau. L’air n’est pas si chaud, légère brise.

Protocole d’échantillonnage et d’analyse des échantillons d’eau

La zone d’étude s’étend le long de la rivière depuis l’amont de l’usine 1 située à Sebikotane, jusqu’ à l’aval de l’usine 2 située à Diamniadio. Il s’agit de suivre la variabilité spatiale de la composition de l’eau. La sélection des points de prélèvement est faite sur la base des types de pression anthropique : eaux usées domestiques, rejets industriels ou absence d’activité.

A chaque prélèvement, on relève aussi ces renseignements :

  • Identification précise et unique du lieu de prélèvement (nom, coordonnées GPS)
  • Identification du préleveur
  • Date et heure de prélèvement pour les échantillons d’eau
  • Méthode de prélèvement
  • Observations éventuelles utiles pour l’interprétation des résultats.

La méthode utilisée pour la collecte de l’eau est celle qui est décrite dans le document d’orientation de la Directive Cadre sur l’Eau de l’Union Européenne pour les programmes de surveillance en milieu aquatique. Pour chaque station de la zone étudiée, deux points de collecte d’échantillons d’eau de surface sont sélectionnés. Les échantillons destinés à l’analyse des métaux sont recueillis dans des flacons en polyéthylène de 1 litre préalablement rincés avec de l’acide nitrique 10% et de l’eau MilliQ. Au moment du prélèvement, les flacons sont rincés deux fois avec l’eau du site avant d’être remplis à ras bord puis acidifiés avec 1 ml d’acide nitrique 5% avant d’être mis en milieu réfrigéré. Tous ces échantillons sont transportés à 4 °C jusqu’au laboratoire.

À chaque point de prélèvement, le pH, la température et la conductivité de l’eau sont mesurés in situ

Au laboratoire, 100 mL d’eau seront passés à travers des filtres en microfibres de verre préalablement pesés selon la méthode AFNOR (1990). Le filtrat obtenu est ensuite utilisé pour la détermination des métaux traces par Spectrométrie d’Absorption Atomique de flamme ou au four graphite selon la gamme de concentration des éléments.  

L’exploitation des résultats est en cours.

 

Photos : Séex Tiijaane Njaay



Citer ce billet
La rédaction (2024, 24 avril). Que disent les eaux ? Phase hydro-toxicologie. AirGeo : l'air, la terre et des écorces. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9nc

  1. à paraitre en avril 2024 aux Presses Universitaires de Dakar []
  2. Aminata SOW TALL, L’Empire du mensonge, Le Serpent à plumes, 2017, p.23 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search