Atelier capteurs / typologie des formes

 


Lors de l’atelier M-A-D du 12 novembre 2021, pas moins de 17 formes de capteurs ont été produites. La designeuse Nathalie Bruyère (ultra-ordinaire.com) en propose ici une typologie à partir des principaux matériaux utilisés (le gobelet, la ficelle, le carton), ce qui donne lieu à des traductions designées. Le processus ne permet pas seulement la mise en forme des capteurs, mais rouvre aussi les possibles de leurs fonctions et de leur signification.


L’enjeu de cette étape est de créer des catégories qui permettent de passer d’objets singuliers à des techniques ouvrant sur des possibles, comme dans la boîte à outils de l’autoprogettazione d’Enzio Mari, mixant des  processus de fablab et de bidouille.

Lors de cette journée, les matières et artefacts mis à disposition ont évidemment influencé l’approche formelle.
> Les volumes ont été faits par le rajout ou le perçage de gobelets en papier.
> Les formes ont été réalisées par le découpage de feuille de carton gris.
> Les assemblages dépendent de bouts de ficelle.

Rappel des contraintes posées lors de l’atelier

 

Définir le design par la culture en premier lieu, plutôt que par la technique, présuppose d’effacer le rôle du designer comme dessinateur d’éléments de la chaîne de production industrielle. L’arrivée des fablabs et des tiers lieux ouvre de nouvelles perspectives en ce sens, en faisant que le design ne soit plus identifié à un travail de forme et de mise en place d’un processus seulement fonctionnel et reproductible. L’expérience de l’utilisateur est prise en compte, de manière lente et profonde, osmotique et substantielle.

 

Formes déployées en atelier : pièges et lanternes

Traductions designées

  • avec découpe à la main :

  • avec découpe au laser :

Applications à l’extérieur et en intérieur

… et si on allait vers des matériaux locaux ?

La forme de la lanterne est née du gobelet et de l’assemblage de tiges en bois et de liens avec de la ficelle. Les formes déployées par patronnage, qui permettent une production au laser même simplifiée, ont l’inconvénient d’être longues à assembler. L’ensemble des petits noeuds peut d’autre part s’avérer ne pas être assez solide dans le temps. La quantité de bois est importante.

Une solution serait de prendre une demi-calebasse et d’y suspendre les capteurs. Matériau local, solide, simple, efficace et dans un récit propre à l’usage quotidien.

D’autre part, la partie ornementation peut être appropriable facilement par les usagers. Le deploiement d’une même typologie permettra de produire un signe reconnaissable à l’échelle du quartier.

Le mot « design » – du latin designare, « marquer d’un signe distinctif » – articule une double signification : dessein et dessin. Un dessein comme projet pour le monde, un dessin comme la forme des artefacts. C’est l’Italie qui prend à bras le corps, dans les années 60-70,  la critique de l’approche trop rationnelle et industrielle, et défend un design en lien étroit aux différentes cultures.

 

Formes déployées en atelier : grigris et fagots mystiques

 

 

 

 

 

 

 

Traductions désignées

  • Nouer

  • Suspendre / accrocher

 

 

 

 

 

 

 

Application à l’extérieur

 

Vers des formes plus appropriables ?

La forme des supports pour les grigris peut être complétée par un contour permettant de venir produire des supports très facilement adaptables à plusieurs situations.

Simple et efficace, le geste de déploiement et d’accroche est facilité.

Un marquage par la couleur, ainsi que par une gravure, peut venir compléter l’ensemble des propositions pour créer une lisibilité au niveau des usagers et du territoire.

Le design est alors un moyen non plus de renforcer la culture entendue comme fonctionnelle, simple et organisée autour de l’industrie, mais comme un moyen d’interroger l’extension de la marchandise et de renouveler des modes d’appropriation des objets et des gestes qu’ils génèrent. Le design italien développe dans le cadre des formes des approches conceptuelles spécifiques comme le design primario, les stylemes, etc.

 

Formes déployées en atelier : feuilles, poumons, bouches et attrape-rêves

 

 

 

 

 

 

 

 

Traductions désignées par découpe laser

Applications à l’extérieur et en intérieur

Vers des formes personnalisables ?

Les signes utilisés, végétal, poumon, etc., sont là pour expliquer la fonction des capteurs. Les formes choisies peuvent être à la fois subjectives et inspirées par les essences végétales du Sénégal. La dimension 3D évoque une sculpture. L’inconvénient est certainement que ces formes sont produites avec une grande surface de panneau.

Ce rôle du signe dans l’espace peut trouver sa place dans des cadres domestiques mais surtout pédagogiques, comme les écoles, les lieux collectifs , etc. On pourrait imaginer de faire un ou deux grands totems co-produits avec les habitants pour ce type de lieux.

Pour rendre reconnaissables les capteurs malgré la diversité des formes, une couleur commune ours être envisagée.

 

Le design nous rappelle que nos projets pour le monde s’inscrivent dans chacun des artefacts que nous envisageons !


Téléchargement

Feuilleter et télécharger la restitution de l’atelier d’UltraOrdinaire pour AirGeo [.pdf – 2,4Mo]


 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search