Résidence à Sebikotane /J1- la ruche


Du 18 au 28 janvier 2022, l’équipe AirGeo de Toulouse est accueillie au centre Tadjabone à Sebikotane pour la fabrication et déploiement des 250 capteurs-écorces sur la commune. C’est l’occasion de créer une synergie alliant communautés, artistes et scientifiques autour de la question de l’air qu’on respire et du sol qu’on habite avec les arbres. Frédéric Malenfer au dessin et Claire Dutrait au texte proposent un suivi, au jour le jour : rendez-vous demain aussi !


 

LA RUCHE

Depuis trois jours déjà, l’essaim frémit. Ibrahima Wade récolte les écorces d’eucalyptus dans la forêt de Mbao. Dans la cour du centre Tadjabone, un FabLab itinérant s’est installé, étrange boîte grillagée qui laisse entrevoir un atelier, transporté et monté par l’équipe de Kër Thiossane. Au centre socio-culturel, le travail des comédiens de théâtre forum a commencé, réunis autour de Mamadou Diol. Les rencontres, les mots, les gestes, les postures s’élaborent dans des cercles où la parole se profère par les corps et les voix, en collectif, pour former le miel d’une création dont personne ne connait le scénario encore… mais dont chacun sait qu’elle sera portée dans les quartiers. Depuis Madrid où elle a fait escale, l’équipe de Toulouse, accompagnée de Frédéric Malenfer, a finalisé le projet d’autres alvéoles encore pour que les sciences de la terre deviennent les sciences des habitants de la terre de Sebikotane.

18 janvier, jour de lancement : dès le petit matin, la ruche se met à bourdonner. 8h00– Rendez-vous avec deux femmes du groupement de Sebikotane pour leur confier des pompes de mesure de l’exposition individuelle qui traceront la qualité de l’air sur leurs trajets quotidiens. Les chercheurs montrent la manipulation des machines, font passer le formulaire permettant d’identifier leurs trajets. 9h02– La troupe de théâtre forum arrive et prend son petit-déjeuner. 9h37– C’est le tour des médiateurs : ils sont accueillis par Souleymane qui les présente à Mélina, Laure et Sonia. Les trois chercheuses montrent les tous premiers capteurs-écorces qu’elles viennent de monter, et leur confient le soin de placer sur une carte de Sebikotane les différentes sources de contamination potentielles de la qualité de l’air dans l’espace public (les usines, les dépotoirs sauvages). 9h48– Frédéric Malenfer a terminé les six dessins des sources d’émissions de particules (trafic, feux domestiques, feux de poubelles, usines de recyclage, poussières du désert, pollen). Ils sont affichés sur le FabLab ambulant qui s’est ouvert pour déployer son atelier. 10h04–  Installés dans la grande salle, assis en rond autour d’une table, les comédiens écoutent le scénario qui a émergé de leurs cercles de la veille, mis en musique par Gueye Fall. 10h37– Un atelier Open Street map se met en place pour finaliser l’application qui permettra aux médiateurs de géolocaliser et caractériser l’emplacement des capteurs-écorces. 10h46– Doudou Fall, le président du centre Tadjabone, vient avec le maire en délégation puis repart.11h12– Des lycéennes participent à la confection des capteurs. 11h15– Des écorces trempent dans des bassines depuis longtemps. 11h46– Moustapha Bassimbé Sagna indique à  son étudiant l’atelier de géolocalisation des capteurs sur la carte de Sebikotane. Tout premiers pas dans sa recherche sur l’évolution de la diversité floristique à Sebikotane. 11h53– On cherche de l’étain pour monter le QameleO, la station électronique de mesure de la qualité de l’air. Le fablab en a, ainsi que des fers à souder. 12h21– Des délégués de quartier arrivent pour la rencontre de lancement du projet. Des mains se serrent, les jus se servent, des rendez-vous se prennent par les entretiens de la semaine prochaine. 12h46– C’est au tour des gendarmes de se préoccuper de tout ce monde qui bourdonne ici : mais pour quoi faire ? Ils repartent une fois rassurés. 12h57– Les capteurs continuent d’être montés (10 sur les 200 attendus d’ici la fin de la semaine !). Les comédiens en sont à l’attaya.

14h– Inauguration : les tables se rapprochent dans la grande salle du centre Tadjabone, les multitudes des chaises autour dessinent comme des alvéoles alvéoles : les scientifiques, les délégués de quartier, Mame Issa Pouye le secrétaire municipal, l’équipe du FabLab, le théâtre, les médiateurs… chaque groupe prend la parole, en français et en wolof, pour dire l’ampleur du projet lancé ! Quel air respire-t-on à Sebikotane ?

L’air on ne sait pas encore, mais tout ce bourdonnement aujourd’hui : quelle atmosphère !

 

 

 

 

© dessins de Frédéric Malenfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search