Résidence à Sebikotane / J3-les relais


Du 18 au 28 janvier 2022, l’équipe AirGeo de Toulouse est accueillie au centre Tadjabone à Sebikotane pour la fabrication et déploiement des 250 capteurs-écorces sur la commune. C’est l’occasion de créer une synergie alliant communautés, artistes et scientifiques autour de la question de l’air qu’on respire et du sol qu’on habite avec les arbres. Frédéric Malenfer au dessin et Claire Dutrait au texte proposent un suivi, au jour le jour : rendez-vous demain aussi !


LES RELAIS

La journée commence par la visite maintenant habituelle de deux nouvelles femmes qui viennent chercher une pompe de mesure de l’exposition individuelle. Aujourd’hui la troupe de théâtre forum ne répète pas : les comédiens confectionnent les accessoires chez eux pour se les présenter demain. Loïc retrouve Mbengué, Omar et Idris pour confectionner la suite du QaméléO sous la tente installée à côté du Spacescraft. Ibrahima arrive au petit matin et se place à son poste de découpage des écorces. Hier au soir, Laure et Sonia ont avancé les trous à la mini-perceuse. Dans la journée, le déploiement des capteurs est engagé grâce aux différents relais. Bien sûr que les délégués de quartier ont été informés depuis plusieurs semaines, ils étaient là lors de l’inauguration. Aujourd’hui, les relais se font du côté des Badiene Gokh, des médiateurs recrutés par Soleymane et des jeunes de Sebikotane qui passent par le centre Tadjabone aussi.

Réunion sous l’anacardier avec les Badiene Gokh. Badiene signifie « tante paternelle », qui prend en charge l’éducation des enfants en l’absence du père ; gokh signifie « quartier », en wolof.  Parce qu’elles entrent dans les maisons et s’impliquent dans la résolution des problèmes au sein des familles, les Badiene Gokh sont des femmes reconnues comme relais communautaires indispensables. Les trois qui nous rendent visite viennent des quartiers de Kip-Kip, Sebi Fas et Sebi Gare. Aby Khary, Penda Ndiaye et Ndeye Lébé Barry. Yann Philippe et Mayoro, en français et en wolof, leur présentent le projet et leur demandent de se faire relai du projet auprès des femmes de leur quartier, pour le déploiement des pompes de mesure de l’exposition individuelle et des capteurs. Elles expriment leur engagement dans le projet, et leurs attentes, et leur sensibilité à la question de la qualité de l’air sur la commune. Les médiateurs peuvent compter sur elles pour faciliter le déploiement des capteurs dans les maisons.

Certains des médiateurs, qui ont été recrutés par Soleymane, ont commencé à déployer cinq capteurs hier dans leur quartier. Sous les manguiers à côté du potager, ils témoignent devant les autres de cette première expérience d’échanges avec les habitants pour partager ce premier savoir-faire de médiateurs et ajuster le formulaire conçu par Lamine Ndiaye, le responsable d’Open Street Map au Sénégal et Bougouma Seck, membre de la communauté Open Street Map et géographe de formation. Laure et Sonia se chargent ensuite de les former pour la confection des capteurs.

A leur tour, des jeunes de Sebikotane sont formés par les médiateurs pour la confection des capteurs… techniques de nœuds, techniques de collage, techniques de montage se transmettent rapidement et s’organisent dans une chaine opératoire de table en table, de la découpe des écorces, au rangement des capteurs dans des caisses transportables dans les maisons des chefs de quartier, en passant par le percement des écorces à la mini-perceuse, leur lavement à la cuve à ultra-son, leur séchage au soleil, et le montage, donc !

Leur nombre passe de 10 capteurs tests à 110 dans la soirée ! Applaudissements !

Pape Thiandhoum, alias Pmtpicture, l’un des médiateurs, concocte une vidéo pour l’occasion, avec les bande son préparée par Alexandre et Tiz Raw :

 

… et pendant ce temps à Dakar, Alexandre, Karo Zen et Tiz Raw sont au montage du clip de présentation du projet : suspens !

 

et pour plus d’images : voir la page Facebook du centre Tadjabone, ici et (avec Frédéric Malenfer en train de peindre les peintures de ce post !)

 

© dessins par Frédéric Malenfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search