Résidence à Sebikotane /J5- le déploiement


Du 18 au 28 janvier 2022, l’équipe AirGeo de Toulouse est accueillie au centre Tadjabone à Sebikotane pour la fabrication et déploiement des 250 capteurs-écorces sur la commune. C’est l’occasion de créer une synergie alliant communautés, artistes et scientifiques autour de la question de l’air qu’on respire et du sol qu’on habite avec les arbres. Frédéric Malenfer au dessin et Claire Dutrait au texte proposent un suivi, au jour le jour : rendez-vous demain aussi !


Chacun au centre Tadjabone a pris son rythme, entre prélèvements de sols le matin, avant que la chaleur ne soit trop forte, pour Mélina, Sonia et Laure, toujours accompagnées de Bass ; visite auprès de vendeuses travaillant en bords de route pour leurs confier de pompes individuelles ; ajustements de dernières minutes pour que les rencontres se fassent en temps et heures pour chacun : Soleymane et Yann Philippe excellent en la matière ; Frédéric aux dessins ; Loïc au QaméléO, et la troupe aux répétitions, bien sûr ! Aujourd’hui les prélèvements on lieu du côté de Cité Port, tout proche de l’hôpital pour enfants, les femmes sont celles qui travaillent à l’entrée de Sebikotane, aux abords de l’usine Someta. Ce matin, à la radio Waar Wi, Sonia eMayoro présentent le projet AirGeo sur les ondes, avec Malik Ba, le chef des délégués de quartier, ainsi que Cheikh, l’un des médiateurs. Ce soir, Mayoro est l’invité du groupe WhatsApp “TDS” (Takhawou ak Doodel, Sebikotane, Aider et Renforcer Sebikotane), qui comprend 257 membres, pour y discuter du projet AirGeo… c’est ainsi la communication du projet qui commence.

En début d’après-midi, les médiateurs se réunissent avec Lamine Ndiaye (le responsable d’Open Street Map au Sénégal) et Bougouma Seck (membre d’Open Street Map au Sénégal) pour ajuster l’application… c’est que le déploiement des capteurs bon son plein de quartiers en quartiers. Les médiateurs sont de retour pour le dernier cercle à palabres du jour : la réunion de présentation du projet aux délégués de quartier de Dougar, où ils expliquent en quoi consiste le déploiement des capteurs…

*

LE DEPLOIEMENT

Le premier avantage d’un capteur low-tech et qu’il n’est ni coûteux, ni polluant : sa dissémination sur le territoire ne participe donc que très peu à l’économie des biens et à celle de déchets. Bonne nouvelle !

Un autre avantage est qu’il peut se déployer en nombre sur tout un territoire. Du point de vue de la mesure de la qualité de l’air, une carte relativement fine des résultats pourra donc être proposée après analyse de ce qui aura été obtenu par les capteurs-écorces. Une première carte de leur déploiement a été conçue à partir de la connaissance du territoire des médiateurs. Dès le 18 janvier, ils se réunissaient autour d’une carte de Sebikotane pour identifier les potentielles sources d’émission de particules dans l’espace public :

  • le trafic
  • les usines
  • les feux de poubelles

Du point de vue de la sensibilisation des communautés à la question de la qualité de l’air, le déploiement des 250 capteurs par les médiateurs est une occasion multipliée par 250 fois d’expliciter le projet auprès des habitants !

Ici par exemple, Demba Diagne présente le projet à un habitant de Dougar :

Au retour au Centre Tadjabone, il a bien voulu refaire la présentation en français pour les francophones :

 

Pour déployer les capteurs jusqu’au coeur des concessions, les relais des chefs de quartier et des Bajenu Gox ont été nécessaires : des réunions au pied des arbres du Centre Tadjabone ont permis d’affiner la stratégie de déploiement : quel discours tenir, quelles questions poser, comment utiliser l’application même hors connexion, où stocker les capteurs en attendant leur déploiement, dans quelles maisons aller, que dire en cas de refus…

Les médiateurs ont été informés du projet par Mélina, Sonia et Yann Philippe, ils ont été formés par Lamine Ndiaye (le responsable d’Open Street Map au Sénégal) et Bougouma Seck (membre d’Open Street Map au Sénégal) à utiliser le formulaire de géolocalisation et de caractérisation des emplacements des capteurs ; ils ont participé à la confection des capteurs au centre Tadjabone.

L’interface Open Street Map avec les emplacements des capteurs qu’on peut voir apparaitre sur la carte de Sebikotane.

L’application KoBoCollect pour le projet AirGeo permettant aux médiateurs de remplir un formulaire de géolocalisation et caractérisation de l’emplacement des capteurs.

Au moment de la rencontre avec les chefs de quartier de Dougar, ce sont encore eux qui prennent le temps de leur expliquer quelle stratégie ils ont déployé à Sebikotane pour déployer les capteurs dans les maisons. D’abord rendre visite au chef de quartier, ensuite demander conseil à la Bajenu Gox, puis entrer dans les maisons, présenter le projet et conseiller sur l’emplacement dans la maison : le plus souvent, sous l’auvent qui prolonge la cour.

Entre temps : commander un clando, charger les caissettes de capteurs, ne pas oublier l’eau, vérifier que les batteries des téléphones sont chargées pour compléter le questionnaire en ligne, et embarquer Pape Thiandoum alias Pmtpicture pour les photos !

 

 

dessin : Frédéric Malenfer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search